Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 14:01

La matinée s’étire déjà et je n’ose regarder ma montre ; c’est d’ailleurs inutile puisque ‘c’est les vacances’ et qu’une promenade sans un petit tour au complexe sportif ne serait pas complète. Comme il a beaucoup plu depuis de trop nombreux jours, le sol est détrempé et le chemin de terre qui passe devant le lavoir est impraticable … faisant contre mauvaise fortune bon cœur nous dévalons la route goudronnée en chantant :

« Youpi, cacahouète,

C’est nous les minettes

Qui venons jouer

Dans le pré, dans le pré …

Nous v’la arrivées

Dans le pré, dans le pré, dans le pré ! »

Là, quelques bancs de pierre nous invitent au repos ; là, Manon et moi profitons d’un doux moment de partage et de confidences complices pendant que Lucie file vers l’aire de jeux où elle va exploser ses dernières énergies.

Combien de fois les avons-nous fait ces balades matinales, toujours pareille et pourtant chaque fois différentes !

Et, aujourd’hui, en ce 8 mai pas ordinaire, je goûte à plein cœur cette inhabituelle joie de ne pas être seule !

C’est un petit bonheur

Mais je me sens comblée

De dérouler ces heures

Aussi bien entourée.

Au retour nous cueillons quelques fleurs le long du chemin, glanons des herbes sauvages, ramassons de jolies feuilles ; ajoutée au bouquet de Marie notre cueillette champêtre ornera la table et se fera, en soirée, souvenir de notre belle matinée.

Soudain ; oh surprise - mais, est-ce vraiment une surprise en ce drôle de printemps automnal ?- le soleil s’est laissé prendre d’assaut par un vol de gros nuages gris … et c’est au pas de course que nous ne n’avons pas réussi à passer entre les gouttes pour arriver, essoufflées et trempées à la maison ; Aie !!!

« Dis, mamie, c’est quoi qu’on va faire après le déjeuner à la place d’aller à Passeligne*? » m’a lancé Lucie du fond de sa serviette de bain.

(* Passeligne est un parc, un ‘espace nature et eau’ aménagé à la sortie de la ville)

«Ô yes ! C’est clair qu’il va falloir qu’on soit inventives pour qu’elle soit pas trop déçue ma petite sœur ! » A renchérit Manon avec son tendre sérieux de grande sœur responsable.

Le ciel pleure à grand flots

Mais en mon cœur ne pleut

Que l’ondée de leurs mots …

Quel instant délicieux !

Décidément, Manon se sentait pousser des ailes de grande fille responsable devant ce qui risquait de devenir une fin de journée ‘dommage ! un peu ratée’ ; volant au secours d’une petite Lulu attristée et d’une mamie perplexe, elle prit les choses en main ; Ouf !

« Pour commencer, on va vraiment prendre notre temps pour le déjeuner. D’abord on va faire une très jolie table avec deux assiettes comme le dimanche et des serviettes en papier en éventail dans les verres ; ça va bien nous prendre – petit regard vers la pendule – Oh oui, vingt minutes ; ce sera toujours du temps de gagné ! »

De composition d’une table de fête en préparation d’un repas ‘comme un dimanche’, nous avons effeuillé le temps avec parcimonie et ‘mis la cerise’ non pas sur le gâteau mais sur quelques biscuits salés pour accompagner notre apéritif : Vittel-fraise pour Lucie, Coca pour Manon et vin cuit pour moi.

Tchin, tchin, nos verres entrechoqués

Tintinnabulent en riant

Et font la nique à cette ondée

Sur les carreaux dégoulinants ;

Crac, crac, les biscuits dévorés

Vident l’assiette en un instant …

A table allons nous installer

Pour ce repas si alléchant !

Nous nous en sommes fort bien tirées car il n’était pas loin de quatorze heures lorsque le dernier carré de Kinder-bueno s’enfourna dans la bouche gourmande de Lucie … elle avait bien compris, notre jeune espiègle, que le jeu consistait, pour l’heure, à faire durer le plaisir et différer l’instant où, inévitablement, elle allait claironner : « Et maintenant, on fait quoi ? » Alors elle avait méticuleusement admiré, caressé, léché son chocolat avant de le grignoter avec une infinie lenteur.

« Ça y est, j’ai tout fini ! Maintenant, on fait quoi ? » Plaf !!!

Bonne et redoutable question ! J’avais misé sur un huit mai digne du calendrier, un huit mai où nous aurions passé l’après-midi à Passeligne munies d’un délicieux goûter à partager avec les canards de l’étang ; mon rêve est tombé, avec ou sans jeu de mots, à l’eau … « Allô mon ange gardien ; envoie moi quelques bonnes idées ! »

(La ligne bénéficie d’un forfait illimité, elle ne craint ni les coupures ni les encombrements et, avec ce qu’il faut de foi, la réponse est immédiate.)

Partager cet article

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article

commentaires

écureuil bleu 08/05/2015 17:07

Tu écris très bien. Je continue avec la suite...

Simone L.V. 08/05/2015 19:47

merci d'aimer ce que j'écris ... moi aussi je continue!

jill bill 03/05/2015 19:45

Et bien Simone un huit mai à refaire si l'occasion s'en présente... ;-) amitiés, jill... bises

Simone L.V. 04/05/2015 17:14

'je continue; mon début de réponse s'est autovalidé à mon insu), donc: tu ne le comprendras bien que lorsque tu auras lu la suite de l'histoire; mes petites filles ont deux ans de plus et Manon du haute de ses 12ans1/2 commence à se désintéresser des magasins de jouets ... lundi dernier ce fut la Librairie et une boutiques d’accessoire de mode! bises; Simone

Simone L.V. 04/05/2015 17:10

A refaire? pourquoi pas, à la différence près -mais tu ne le comprendr

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories