Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 18:44

Ces soirées se déroulaient dans une ambiance familiale, communautaire car nous nous étions tous plus ou moins séduire par les idées pseudo collectivistes véhiculées par le communiste, même si n’en mesurions pas la véritable portée politique. Nous commencions la soirée par des embrassades débridées puis nous échangions nos joies et nos peines, nos espérances et nos désillusions avec, déjà, le verre à la main et en slalomant entre nos chers petits heureux, eux aussi, de se retrouver.

Et puis, l’artiste faisait son apparition … Il était l’heure de passer aux choses sérieuses et nous allions prendre place, mais pas ‘nos’ places car, ici, rien n’appartenait à personne, pas même une chaise ou un coin de table.

En hiver la cheminée répandait sa chaleur et sa lumière dansante chaloupait l’atmosphère pour notre plus grande joie. C’est là, devant, sur des peaux de chèvres, que les enfants s’installaient pêle-mêle. Ils étaient habitués et savaient que « quand le monsieur (ou la dame) il commence à chanter on prend Doudou et on se tait ».

… Lorsque le concert (ou le spectacle car il n’y eu pas que des tours de chant) commençait la salle se revêtait d’un silence et d’une écoute quasi religieux … et, l’une après l’autre, nos petites têtes endormies s’affaissaient en boule sur les peux de chèvres … « Bonne nuit les petits ! »

Alors, à l’entracte nous allions, avec une infinie délicatesse, récupérer nos progénitures qui, l’hiver enroulées dans nos manteaux, l’été posées sur nos (inutiles) gilets, se retrouvaient bien à l’abri sous nos chaises. C’était tout un art de bien préserver ces chères petites têtes sous nos chaises de telle sorte qu’elles ne risquent pas d’être heurtées par une chaussure de passage ; il n’y a jamais eu d’accident, seulement quelques petits pieds piétinés par de grands pieds battant la cadence …eh ! On ne pouvait quand même pas les glisser en entier sous nos chaises !...

… Mais, là, je sens bien que vous avez deux questions qui vous brûlent le bout de la langue ; j’ai raison ?

« Oh oui ! Et de un : qu’est-ce qu’ils faisaient, les chanteurs, le reste de la semaine ? Et de deux : c’est quoi qu’ils chantaient ? » …

Il y en eu tant et tous tellement si différents que je ne peux vous dire ‘quoi ils chantaient’ si ce n’est qu’ils racontaient, chacun à leur manière et avec plus ou moins de talent, la vie de notre époque, les uns du côté de soleil, les autres du côté de la pluie.

Et, dans nos vies à nous, tantôt au soleil tantôt sous la pluie, ‘La Licorne’ a été durant quelques années notre petit havre où, à défaut d’y puiser une puissante culture musicale, nous avons appris à cultiver l’amitié sincère et la solidarité …

Bernard ne cherchait qu’à nous offrir ‘la vie en notes’ (musicales) en nous épargnant ‘la note (financière) de la vie’ !

Partager cet article

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article

commentaires

arielle textes et poésies 24/02/2016 18:39

ça va faire un chouette bouquin !
bises
arielle

Simone L.V. 24/02/2016 19:24

MERCI! je pense que je suis assez bien 'partie'(?): écrire ainsi des chapitres qui s'organiseront par la suite et qui traduisent plus une ambiance, un mode de vie que de relater des faits, c'était mon objectif pour témoigner d'une époque.
en fait la manière dont tu as raconté 'Adeline' m'a un peu influencée pour me 'lancer'; alors: MERCI pour cette précieuse influence.
Bises; Simone

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories