Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 15:40

(extrait du chapitre éponyme ... et qui sera l'un des volets de mon projet de 'livre mémoire)

Un soir votre grand-père arriva tout excité à la maison … aïe, trois fois !!!

Avant même de prendre le temps de jeter sa veste n’importe où, il me dit :

« On a vu Jojo (Jojo était animateur culturel inter mutuelles) et il nous a dit que Bernard venait de démissionner de la MAIF et avait acheté un bistrot à Sevreau (Sevreau est à quelques kilomètres de Niort, à l’entrée du Marais Poitevin).

Quitter un emploi stable et convenablement rémunéré pour se lancer dans l’improbable défi de l’élevage des chèvres ou de la culture maraîchère de terre était très tendance à cette époque ; Bernard inaugurait une autre mais tout aussi hasardeuse reconversion.

C’est à ce moment-là, ou, plus précisément, quelques mois plus tard que nos belles et folles soirée ont commencé à ‘La Licorne’.

Car c’est bien ainsi que Bernard avait décidé de rebaptiser son bistrot : ‘la Cagouille’ (escargot en français), son ancien nom, ne convenait guère au projet de Bernard qui rêvait de monter un ‘café-concert’ ; le surréalisme de ‘La Licorne’ lui semblait plus en phase avec ses attentes.

Le principe de ‘La Licorne’ était le suivant : Bernard invitait Ses artistes durant une semaine ; ils arrivaient dans la journée du lundi, à l’heure qui leur convenait ou quand ils le pouvaient tant leurs modes de déplacements étaient souvent improbables.

Ces artistes se produisaient en avant-première le mardi soir au petit groupe des ‘fidèles amis de Bernard et de sa Licorne’ … dont nous faisions, bien entendu, partie.

Ces soirées privées commençaient le plus souvent dès dix-huit heures trente, dix-neuf heures car nous débarquions avec , qui son saucisson, qui sa salade de riz, qui son gâteau, bref, avec de quoi nous rassasier copieusement avant le spectacle. Bernard offrait l’apéritif, les cacahouètes et les olives.

Martine préparait une maxi purée mousseline pour les enfants ; elle posait la casserole sur un tabouret, derrière le bar, et munissait les enfants, les siens et ceux des autres, de cuillères plus pacifiques que les fourchettes et ils se régalaient à leur aise et à même la gamelle.

Pour les consommations durant le tour de chant il n’y avait pas de tarif : nous plongions dans nos poches ou nos sacs à main et en sortions ce que nous pouvions, parfois rien du tout en fin de mois et Bernard en riait.

Le samedi soir, c’était La représentation ouverte au grand public et la salle était toujours pleine ; et la salle grouillait de petites têtes brunes et blondes car, à cette époque, nous assumions pleinement nos enfants que nous ‘faisions suivre’ partout où nous allions.

Pour ce ‘caf-conc’ pas comme les autres l’entrée était gratuite : Bernard ne cherchait pas le profit mais le partage ; seules les consommations étaient payantes mais fort abordables.

Partager cet article

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article

commentaires

Simone L.V. 18/02/2016 12:34

A cette époque mon mari et moi avons aussi failli 'tout plaquer' pour ouvrir une petite auberge dans le Marais Poitevin; il nous manquait l'apport personnel pour a voir un crédit car nous n'avions pas la moitié d'une tune d'avance ... du coup nous avons 'fait auberge' dans notre HLM où les copains pouvaient venir à toute heure; il y avait toujours les conserves de la belle mère et des kilos de spaghettis. C'était la belle et libre époque! merci de ta fidélité et bises; Simone

jill bill 17/02/2016 22:34

Un chouette gars donc... eh oui il faut oser changer d'orientation, c'est aimer jouer à pile ou face, merci Simone, bonne nuit, bises

Simone L.V. 18/02/2016 12:35

'comme d'ab' je viens de te répondre à côté de la case réponse ... serait-ce mon côté 'marginale' qui ressort? TA réponse est juste au dessus; re bises

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories