Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 13:53
Nos rallyes inter mutuelles

Ces rallyes, nous en faisions, en général, deux fois par an.

Il y avait ce Rallye Inter Mutuelles en juin ; à l’exception de celui que j’ai évoqué et qui a failli être pour moi une ‘trop triste journée’, votre grand-père préférait se situer dans la compétition plutôt que dans l’organisation ; il y avait à cela une bonne-mauvaise raison : eh, oui ! votre grand-père et son frère Pascal avaient du mal à coexister pacifiquement alors, pour éviter que leurs sempiternelles querelles pourrissent l’ambiance, votre grand-père avait décidé de ne pas marcher sur les très chères plates-bandes de son pas très cher frangin.

Il se déroulait sur toute une grande journée ... dominicale mais sans être religieuse pour autant: l'époque et nos idées du moment ne nous inclinait pas à penser au 'Jour du Seigneur'!

Rassemblement dès neuf heures le matin pour recevoir les carnets de route et les consignes autour d’une table bien garnie en café, chocolat, jus d’orange et brioche ; eh ! C’est qu’il allait en falloir de l’énergie !

Retrouvailles en fin de soirée, l’horaire n’étant déterminé que par les concurrents à mesure qu’ils arrivaient à bout de leur périple. Et là, en général sous un hangar ou dans une salle des fêtes, un banquet nous attendait : des salades composées géantes, d’immenses plats de charcuteries et viandes froides, des camemberts et des fruits de saison à profusion, le tout accompagné de cabernet d’Anjou proposé sans limites si ce n’est celle que se mettaient les moins déraisonnables pour assurer le retour.

Ce banquet était précédé, ne serait-ce que pour attendre les retardataires, d’un apéritif copieux mais dont les alcools forts étaient exclus, sécurité oblige … quoique d’aucuns ont pris de belles cuites avec le bon vin cuit !

Mais ? Aïe ! Je vous entends déjà : « Mamie, on ne faisait que boire et manger dans tes rallyes ? » Que nenni !

Entre le sympathique petit ‘encas’ du matin et le super dîner du soir, la journée était longue, le parcours tumultueux et les épreuves à couper le souffle.

C’était déjà tout un programme que de décrypter ce carnet de route, de trouver la bonne orientation et, d’étape en étape, d’emprunter le chemin le moins hasardeux pour avancer vers le but.

Dur, dur de se repérer dans les Marais où toutes les conches sont identiques et toutes les parcelles de terrains se ressemblent. Pas facile non plus de dénicher le bon calvaire ou la juste ferme en ruine ou de détecter le judicieux embranchement qui évitera de tourner en rond.

Et ici, la boussole ne servait à rien car Jojo et ses comparses se faisaient toujours un malin plaisir à brouiller les cartes et les pistes, à nous faire parfois repasser, exprès pour mieux nous désorienter, trois fois au même endroit mais, une fois par le nord, une fois par le sud et la troisième par … inadvertance !

« Et comment vous faisiez pour ne pas vous perdre tout à fait ? » me dites-vous.

Comment peut-on se perdre dans son petit coin de France où l’on a grandi, que l’on a déjà parcouru/découvert au cours des ballades dominicales avec papa-maman ou lors des folles virées à bicyclette avec les copains ? Sans compter les classes vertes de l’école primaire et les sorties culturelle du lycée !

Non, nous ne craignons pas de nous perdre ; toutefois, notre soucis était de découvrir avant la nuit le point final du ralliement ; pour cela, les organisateurs faisaient bien les chose : en cas de perdition il y avait ‘l’enveloppe SOS’ ; il suffisait de l’ouvrir pour connaître le lieu de l’arrivée ; bien sûr cela excluait de la compétition mais pas du banquet final et, sommes toutes, nous n’étions pas là pour gagner, seulement pour participer … n’est-ce pas Monsieur de Coubertin !

La compétition était d’ailleurs tellement secondaire qu’il n’était pas rare, au détour d’un calvaire ou sur les vestiges d’un ancien castelet, de voir deux ou trois voitures garées et tous les occupants rassemblés pour étudier ensemble les rébus et les plans afin de répondre aux questions et de continuer l’aventure dans la bonne direction.

Quand nous avions réussi à décoder les messages tordus, à mettre à plat les informations glanées de ci de là, à associer nos quelques lueurs de compréhension, nous tirions à la courte paille l’ordre dans lequel nous allions repartir en respectant un délai de dix minutes entre chaque départ, compétition quand même y oblige !

Vous voyez : la bonne humeur et l’entraide étaient au rendez-vous de ces Rallyes dont le but était d’offrir à tous une agréable et conviviale journée !

Partager cet article

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article

commentaires

Renee 24/06/2016 17:13

Tout d'abord Simone merci d'être passé chez moi, moi qui t'ai bien négligée il me semble ces temps...
Au départ je croyais que tu faisait encore ce rallye et me disait elle à la pêche. Puis lisant un peu les autres articles je me rends compte que tu nous fais récits semble t-il du passé...Avec beaucoup d'humour d'ailleurs. çe devait être formidable ces rencontres et défis car s'en sont....ben tu vois j'aurais bien aimé en faire avec vous du coup. Bisousssssss

Simone L.V. 24/06/2016 17:31

En effet: c'était le passé; dans les années 70/80. Je suis en train de tenter d'écrire un livre pour relater cette période de notre vie de jeunes adultes ...juste après mai68 et ses conséquences. Il est certain que ce que nous vivions était formidable ... mais ce que l'on vit 'à plein cœur' est toujours formidable; d'ailleurs la dernière évasion un peu folle que j'ai vécu avec mon mari au Sénégal , c'était en 2001 et nous étions des 'quinqua'!
Merci pour ton passage et ne te fais pas de soucis = on ne fait que ce que l'on peut; moi non plus je ne suis pas toujours fidèle!
Bon week end et bises!

Martine 85 23/06/2016 17:55

Contente de retrouver tes écrits Simone, je ne recevais plus de new's, j'ai cru que tu ne publiais plus. Je me suis réabonnée. J'espère que je vais recevoir les new's. Cela me rappelle des souvenirs de rallyes dans ma jeunesse. Avec mon mari et des copains nous en avions organisé un dans le Vexin. Bises

Simone L.V. 23/06/2016 19:37

J'ai en effet passé quelques mois à publier très peu ... fatigue, manque d'inspiration? mais cela me manquait et je m'y suis remise.
En ce moment je tente d'écrire un livre sur mes premières années de mariage telles que nous les vivions dans un contexte autre et avec une mentalité encore marquée par mai 68 ... et nous savions nous amuser en toute simplicité et amitié.
Je suis, moi aussi, heureuse de te retrouver chez moi et j'espère que tes pb de santé ne sont pas trop lourds; Bises; Simone

jill bill 23/06/2016 17:12

J'ai pas connu tout cela, mes parents sans voiture, papa a passé son permis quand j'eus 18 ans... avec son fils, mon frère, envie d'aller plus loin qu'à vélo soudain... merci, bises

Simone L.V. 23/06/2016 17:21

Ma mère a passé son permis de conduire quand j'étais ado mais ensuite ... elle en a fait des Km et n'a rangé les clés qu'à 85 ans!
je te souhaite un soleil aussi beau que celui qui nous gâte dans notre grand sud ouest de France; bises; Simone

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories