Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 11:36

Pour accueillir le printemps, même s'il se fait bien timide ce matin, je vous propose mon petit moineau des îles; un histoire vécue!

 

C’était à la Martinique.

Nous étions arrivés la veille en fin de soirée. L’excitation du voyage, la chaleur, les bruits inhabituels avaient hachuré notre nuit et, bien qu’il soit encore très tôt, l’aurore pointait déjà ; c’est étrange d’être réveillé à six heures du matin pendant les vacances !

Nous décidâmes de prendre notre premier petit déjeuner sur la terrasse et j’ouvris la porte-fenêtre …

Et là, à l’angle, perché sur la balustrade, un petit moineau nous épiait.

Ce n’était pas un chatoyant colibri, fierté des Caraïbes, ce n’était pas non plus un de ces majestueux oiseaux au pelage de geai cousin de nos corbeaux ; c’était un petit ‘piaf’ tout rond, tout gris, avec un bec et des pattes marrons … un simple ‘moineau des îles.

Il nous regardait tranquillement, nullement effarouché par nos mouvements vifs ; il a lancé quelques trilles puis s’est mis à aller et venir sur la barre en s’ébrouant.

Yann a pris un morceau de biscotte et s’est approché ; l’oiseau s’est éloigné mais, très vite, il est revenu chercher les miettes que nos lui proposions … Il s’est à nouveau invité le soir, à l’heure du dîner et semblait nous dire : « Donnez-moi des miettes ! » ; Yann lui a offert quelques bouchées de pain …

Le petit ‘moineau de îles’ venait de nous apprivoiser et nous l’avons adopté !

 

Chaque jour, à l’heure des repas, il venait ; il ne s’envolait plus à notre approche, il chantait en attendant ses miettes de pain qu’il dégustait visiblement satisfait avant de prendre quelques gouttes d’eau dans la soucoupe qu’il nous avait semblé agréable de lui consacrer pour compléter son repas.

Quelques temps après, un soir où nous nous étions attardés à consulter la carte après avoir mis le couvert, il a osé ! Il est venu sur la table et s’est servi tout seul … un morceau de jambon. Lorsque nous sommes sorti, il est resté et nous a regardés en agitant ses ailes de plaisir.

Nous aurions pu le chasser : « Vilain chapardeur ! » Mais nous l’avons regardé avec tendresse : « Gentil petit moineau de îles, merci de ‘faire comme chez toi’ pour sceller notre amitié ! »

 

A la fin du séjour, lorsqu’il a fallu boucler nos valises, Yann est allé sur la terrasse une dernière fois ; il a posé sur la table vide quelques miettes de pain et un morceau de jambon ; il a scruté le ciel et a dit, nostalgique : « Je vais le regretter, mon copain des îles ! »

 

A présent, quand je dépose mes restes de pains en miettes sur ma pelouse et que je contemple les oiseaux qui les picorent en pépiant, je ne peux m’empêcher de repenser à notre petit compagnon, notre ‘moineau des îles’ !

 

L'enfant et l'oiseau-copie-1

Partager cet article

Repost 0
Published by chezsimone - dans Mes petits textes
commenter cet article

commentaires

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories