Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 14:21

Est-ce cet avant goût de printemps,

ces doux rayons de soleil et ce ciel bleu espoir?

Est-ce la mémoire que nous faisons en ces jours

de l'Algérie et de son lourd vécu?

est-ce parce que, Carême oblige,

je me sensibilise à la grande misère

qui accable encore trop de peuples?

L'envie me vient de vous proposer quelques hommages à la dignité des habitants d'Afrique!

Et, pour commencer:

Ce magnifique  poème de ma soeur Hélène BUSCAIL

extrait de son recueil "Les fruits de l'aurore"

 

Femme africaine

 

Quand ma peine m’entraîne,

Fantôme lactescent,

Au cœur incandescent,

Des terres africaines,

 

Bouillant d’un même sang,

Ma sœur à peau d’ébène,

Je m’arrime à ta peine,

Au labeur incessant.

 

Et nous puisons la vie,

Au ventre de l’Afrique,

A la source magique,

D’où me vient cette envie,

 

De nous rêver pareilles,

Ma sœur aux yeux de braise,

Pétries de même glaise,

Usées des mêmes veilles.

 

La chaleur de l’enfant,

Lové contre ton dos,

La moire de ta peau,

Sous ta robe safran,

 

Ta démarche de reine,

L’eau pure de tes rires,

De ce brûlant empire,

Te sacrent Souveraine,

 

Et ta victoire enchaîne,

Mon espoir renaissant,

Au cœur incandescent,

Des terres africaines !

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 14:42

Le soleil me titille et m'invite à ressortir mes baskets pour être fin-prête à renouer avec ma douce habitude du samedi matin : musarder sur mon petit marché le temps d'y glaner quelques bon produits du terroir ... et d'échanger quelques propos amicaux avec les gens de mon village!

 

BONJOU-1

Il me revient alors le souvenir de quelques joyeuses 'virées' avec ma soeur Hélène dans les dédales de son grand marché de banlieu ... Ces escapades m'avaient inspiré ce texte:

(Mais : qui est qui? Allez, juste pour savoir si vous nous connaissez un peu ... prononcez vous; promis je vous donnerai la réponse si vous 'sêchez!)

 

Clac !

La tranche de pain grillé saute, impudente, par-dessus le comptoir et vient choir au beau milieu du salon. Marylène éclate de rire !

Pourtant, elle n’est pas surprise ; elle est habituée à la force d’éjection démultipliée de son grille-pain. Mais, ce matin, elle attendait fébrilement cet instant pour s’autoriser à rire à gorge déployée avec son seul chat pour spectateur de sa joie … parce que, aujourd’hui, c’est le jour  du marché et Marylène adore !

Elle va jouer à la ménagère de la cinquantaine comme elle jouait à ‘on dirait que’ lorsqu’elle était enfant ; c’est Sa récréation hebdomadaire, joyeuse parenthèse dans sa vie bien remplie.

Elle choisira avec soin une tenue simple : ce pantalon un rien démodé, ce chemisier un peu fané ouvert sur son vieux pull gris. Elle partira à la recherche de ses uniques chaussures plates enfouies dans le fatras du placard.

Elle s’accordera, malgré tout, un brin de maquillage : Ménagère, certes, mais coquette quand même !

Plongée tout à la fois dans son petit déjeuner et ses réflexions, elle se sent soudain un peu moins joyeuse ; quelque chose ternirait-il son bonheur ? Mais, oui bien sûr, Evelyne !

Vite, elle attrape son téléphone et appelle son amie :

« Eve, prépare-toi, je passe te chercher pour qu’on aille faire le marché ensemble !

D’accord ! Mais c’est bien pour te faire plaisir, Marie. »

Evelyne n’aime pas cette faune turbulente et bruyante. Elle fait ses courses –vite fait, bien fait – à la supérette du coin de sa rue et s’arrange pour grouper le reste des ‘commissions’ en une pénible équipée mensuelle à la grande surface la plus proche.

Mais Evelyne ne sait rien refuser à son amie Marylène ; alors elle ira au marché ce matin et elle sait déjà que, tout compte fait, elle finira par se prendre au jeu de Marylène.

Sans grands états d’âme elle enfile les vêtements qu‘elle portait la veille. Cette robe presque trop stylés, ces hautes bottes à bouts pointus ne sont pourtant pas vraiment adaptés à une telle sortie ; de surcroît, avec son blouson ceinturé elle va carrément ‘détonner’ ; tant pis ! Elle n’a ni le temps ni l’envie de réfléchir. D’ailleurs, c’est bien ainsi que Marylène s’attend à la voir pour pouvoir éclater de rire encore une fois… mais là, elles seront deux ‘à la récré’ !

 

Quelques heures plus tard, Evelyne, radieuse, traîne ses pieds endoloris et Marylène, hilare, croule sous le poids de son cabas débordant de toutes leurs emplettes.

Sans se concerter, elles en ont tellement l’habitude, elles atterrissent dans ce petit restaurant marocain, en bas du marché ; elles commandent deux assiettes de viande à Kebab bien garnies de frites et un pichet de rosé.

Avec délicatesse – on ne se refait pas – Marylène prend le couteau et pousse les morceaux de viande sur sa fourchette avant de les porter entre ses lèvres gourmandes ; avec désinvolture – on ne se refait pas – Evelyne attrape quelques frites entre ses doigts et les ‘enfourne’ dans sa bouche affamée.

Alors, dans un dernier éclat de rire partagé, elles entrechoquent leurs verres de 12°5 à la santé de toutes leurs différences, sources inaltérables de leur belle amitié !

Repost 0
Published by chezsimone - dans Mes petits textes
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 19:22

Une petite 'mise à nue' ... j'assume!!!

 

 

Je suis un peu Renard, je suis un peu Gainsbourg,

Tendre comme Renaud, cassée comme Gainsbar,

Docteur es troubadour j’ensoleille l’amour

Mister en décadence je romps les amarres.

 

J’ai bien aimé Verlaine et puis Apollinaire

Déposant en génie leurs errances de vie,

J’ai rêvé quelques fois d’avec eux prendre un verre

Pour noyer dans l’absinthe toutes mes folies.

 

Mais j’aime plus encor’ Ronsard et sa vesprée

Du Bellay me contant la douceur angevine,

Je rêve plus souvent de descendre au verger

Croquer en liberté une pomme sucrine.

 

Je suis un peu ceci, je suis un peu cela …

La rose en mon jardin me chuchote très doux

Quand mon âme dérive au fil de mes tracas

Que je ne suis pire que vous

Un point c’est tout !

 

Ange qui prie

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 13:29

Ma 'petite' Lucie a un caractère assez égal,

elle est presque toujours gaie et ses gros chagrins d'enfant s'envolent souvent très vite ...

avec un petit bisous sur le bout du nez!

Mais il y a  malgré tout des jours où la 'muvaise lune' est au rendez vous ...

comme ce soir là où elle nous fit une 'énorme colère';

Un poème en est né!

Capture Ciel

 

Certes il y a des jours … Mais il y a des lunes

Qui  me laissent, mamie, un peu dans l’infortune

Lorsque, enfant chérie, tu fais jaillir tes pleurs…

Alors que je rêvais ton gazouillis  douceur!

 

Tu me fis ce cadeau pour le jour de Noël

De déclencher tes larmes, mini demoiselle

Lorsqu’en gestes tendresse vers toi me penchais …

Lucie, poupée coquine, alors tu me peinais!

 

Mais mon cœur de mamie fut vite consolé

Quand d’un élan de grâce tu vins me charmer

D’un babil égrené tel un refrain d’amour …

Certes il y a des lunes … mais aussi des jours!

 

NANANA-1

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 11:56

La petite 'graine d'écrivain' dont avez aimé la fraîche histoire de fleurs et de fruits a fait bien du chemin depuis ce jour où elle m'avait inspiré cet élan:

Un poème pour dire ses rires et ses pleurs ... de bébé; un poème qui EST encore ELLe avec son trop plein d'émotions joyeuses ou tristes qu'elle déverse sur mon coeur!

 

 

Paysages marins 2005 004

 

Tu es comme la mer aux tiédeurs de l’été

Lumineuse attirante en embruns de fraîcheur,

Un régal à mes yeux d’un sourire tenté

De quelques petits sons offerts la bouche en cœur.

 

Tu deviens océan aux vagues agitées

Lorsque l’on vient troubler ton charmant univers,

La houle de tes cris nous laisse consternés

A trop vouloir t’aimer nous ne savons nous taire.

 

Ton minois rose et rond est une friandise

Qu’en quelques mots, gourmande, j’aimerai croquer,

Goûter dans tes mirettes ta candeur exquise

Et poser sur ton front, en sucre mes baisers.

 

Tes colères en piques parfois me sidèrent

Quelle voix, quelle force en un si petit corps,

Si ta vie, ma poupée, quelques fois est amère

Sache qu’après la pluie le soleil brille encore.

 

Tu es ainsi, Manon ,En tendresse à tes heures

Mais déjà tu apprends à savoir imposer

Qu’en respect de toi-même on berce ton bonheur …

Il me plait de te découvrir sucrée-salée !

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 13:22

En novembre ma petite fille Manon (9ans) avait écrit son 'premier' texte poétique;

je l'avais aidée à en corriger les fautes et à la mettre en forme;

je vous l'avais proposé.

En ce début de Février,

l'épisode de neige suivi d'une bonne grippe l'ont maintenue 'à la maison';

elle a eu envie de mettre ce temps à profit pour donner une suite à son 'histoire'.

Bien trop heureuse sentir en elle cet attrait pour l'écriture, je l'ai à nouveau aidée;

et, bien entendu, nous vous l'offrons aujourd'hui dans sa totalité!

Fleurs pour Manon

 

Je regarde dans mon jardin

Et il y a plein de fleurs,

Il y a des roses, tulipes, marguerites.

 Je demande à maman un panier

Pour ramasser les fleurs.

Je cueille cinq roses et six tulipes

Et une marguerite

Pour faire un bouquet de fleurs.

Et je vois plein de fruits

Et je cours à la maison

Chercher un autre panier

Pour ramasser les fruits.

Maman me dit :

Fais attention aux fruits,

Il faut que je les mette en confiture !

 

D’accord, mais le problème

 C’est que je ne sais pas ce que tu vas mettre en confiture !

Je vais te le dire, ce que je mets en  confiture :

Des poires, des pommes et des abricots.

Donc les autres fruits je peux les ramasser ?

Alors je vais dans le jardin et je vois des belles fraises …

Je cours à la maison le dire à maman :

Maman, maman, il y a plein de fraises,

Viens vite voir !

Ah ! Mais tu avais raison de dire qu’il y a plein de fraises !

Et d’ailleurs, tu peux en ramasser un panier entier …

D’accord, maman, je vais me mettre ‘au boulot’ !

Fruits pour Manon

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 09:16

Un jour bien ordinaire ? un mercredi ‘comme les autres’… pour beaucoup, mais qui parfois vous interroge lorsque, par hasard, - à moins que plutôt ce ne soit intentionnel pour vous interpeler un peu - un voisin, un ami, un parent ‘chrétien’ vous dit que ‘ce Mercredi-là’ est le premier jour du Carême et qu’il va aller à la messe pour ‘recevoir les Cendres’ ; si de surcroît il ajoute qu’il va ‘jeûner à midi’ … N’auriez-vous pas envie d’en savoir un peu plus sur cette ‘pratique’ religieuse à laquelle les chrétiens fidèles à l’Eglise Catholique semblent encore si fermement attachés ?

Quelle est donc cette drôle de tradition ? A quoi correspond-elle ?

 

Le ‘Mercredi des Cendres’ célébré en Eglise marque l’entrée dans la période du Carême, ce chemin de préparation vers Pâques : la Résurrection du Christ après sa mort sur le Croix.

 

L’imposition des cendres trouve son origine dans les temps très anciens comme en attestent certains récits du Premier (ou Ancien) Testament.

Ainsi, dans le chapitre 7 du Livre de Josué, on voit les successeurs de Moïse et les anciens d’Israël se couvrir la tête de cendres en signe de désespoir face à leur défaite. De même Ezéchiel dans son chapitre 27 relate que, devant la défaite de Tyr, les équipages de la flotte brisée se couvrent la tête de poussière et se roulent dans la cendre.

D’autres exemples encore existent et, plus tard, les chrétiens de l’antiquité pratiquèrent cette coutume pour signifier leur désespoir ou leur désir de repentance.

 

Ce n’est qu’au XIIème siècle que ce geste ‘passa’ dans le Pontificat romain et il fut institutionnalisé au XIIIème siècle par le Pape qui ‘reçut’ lui-même les ‘Cendres’.

 

Se faire ‘marquer par les Cendres’ au premier jour du Carême signifie pour le chrétien sa volonté de faire une démarche de pénitence et de conversion encore plus profonde qu’en temps ordinaire pour mieux s’ouvrir à l’Esprit de Dieu et revivre le chemin de Jésus vers sa Pâque : symbole de l’ouverture à La Vie au-delà de la mort humaine.

Car les Cendres ne signifient pas seulement la poussière qui se meurt, elles rappellent aussi la chaleur du feu et peuvent servir d’engrais. Elles sont ainsi également signe d’une nouvelle fécondité possible …

Ne dit-on pas : « Renaître de ses cendres » ?

Repost 0
Published by chezsimone - dans Mes petits textes
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 16:16

Eh bien, oui!

Cette poésie qui nous anime m'inspire aussi parfois;

Ici ce sont juste quelques mots tout simples pour lui dire:

Merci!!!

ATT1

 

La poésie, tendre manie,

Se fait message pour demain :

Quand tout sur terre nous sourit

Notre crayon claque des mains !

 

La poésie, douce pommade,

Se fait complice de nos cœurs :

Quand nous tombons dans la panade

Notre crayon perle nos pleurs !

 

La poésie, belle passion,

Se fait Raison de notre Vie :

Quand pour poser nos émotions

Notre crayon devient l’Ami !

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 17:00

Le 15 nous avons fêté les 12 ans de mon neveu Paul,

un 'enfant différent',

et qui ne laisse personne indifférent ...

lorsqu'il était 'tout petit' j'avais écrit ce poème pour lui;

l'envie me vient aujourd'hui de vous le proposer ...

car, à présent, se sont des centaines de milliers de pas

que notre Paulo pose avec assurance!

L'enfant et l'oiseau

 

J’ai accroché mon cœur

Aux rires d’un enfant,

J’ai consolé mes pleurs

 Tout en le regardant.

 

De ta main indocile

Tu effleures mes cils …

C’était trop hasardeux

D’atteindre mes cheveux,

Demain tu feras mieux !

 

Petit poussin fragile

Ta vie est sur un fil.

Pour bien veiller sur toi

Je tisserai, mon roi

Un grand filet de soie.

 

Bambin de porcelaine

Je couvrirai de laine

Ton chemin rocailleux …

Ne sois plus si frileux

Je vais te rendre heureux !

 

Petit bonhomme Amour

Viens jouer dans la cour

Je fais pour toi les pas …

Il fait si beau là-bas,

Allez, ne tarde pas !

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 14:37

Un poème de ma soeur, Hélène BUSCAIL

extrait de son recueil "Les fruits de l'Aurore"

 

Nuages

 

Ce n’est point parce que, au fond de son cartable,

Ce titi des faubourgs, prince en effronterie,

Mieux que leçons apprises, balades mille fables,

Qu’il faut tenir ses contes pour  vile menterie.

         Au jardin de ses rêves, enfance est vérité. 

 

Ce n’est pas, douce rose, ce que tu voles aux fleurs,

Pour velouter tes joues, ce fard presqu’inutile,

Qui, par doux artifice, fait rosir ta candeur,

Demain, tu seras femme, aujourd’hui si fragile.

         Au miroir de ta joie, beauté est vérité.

 

Ce ne sont pas ce soir, barrant son doux visage,

Ces deux plis à son front, cette feinte froideur,

Ombrant son clair regard de furtifs nuages,

Qui font douter l’enfant des bontés de son cœur.

         Dans les yeux d’une mère, tendresse est vérité.

 

Ce ne sont pas les neiges, sur leurs chemins complices,

Ni les feuilles d’automne, tombant sur leurs serments,

Ni les vents tourmentés où  le doute se glisse,

Qui voileront d’oubli les secrets  des amants.

         Au livre des aveux, amour est vérité.

 

Ce ne sont pas les ors ni les fières idoles,

Dressées sur maints autels en gage de ferveur,

Qui rabaissent le prix de la modeste obole

Offerte simplement, dans un élan du cœur,

         Si dans la main tendue, bonté est vérité.

 

Et, si nous ne pouvons traverser le miroir,

De tous ces faux-semblants qui maquillent nos vies,

Empruntons aux nuages pour peindre nos espoirs,

De merveilleux mirages qui sauveront l’envie

         D’y croire infiniment : seule la vie ne ment pas.

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories