Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 16:00
Lever le voile

Je me souviens d'une réflexion de Martine (85) en ce début d'année et qui était, en substance, celle ci: c'est bien de pouvoir 'mettre un visage'. Il est vrai que je ne me suis que très rarement montrée sur mon blog; cela ne me semblait pas indispensable et je n'aime pas particulièrement me mettre 'en avant'. Mais, pourquoi pas puisqu'une occasion se présente en quelque sorte : pour la 4ème de couverture de mon recueil à paraître en septembre, ma sœur m'a dit qu'un portrait serait le bienvenu; lors donc je me suis fait 'tiré ce portrait' par une amie qui en a profité pour prendre quelques clichés supplémentaires. En cet été de canicule je me décide donc à lever mon voile et me présenter à vous ... dans un cadre fort plaisant où je réside souvent et qui vous aidera à comprendre pourquoi je délaisse un peu les blogs actuellement.

*****

Quelque soient vos projets pour ce temps estival je vous souhaite de belles heures ensoleillées et quelques agréables soirées plus ombragées.

BONNES VACANCES!!!

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 15:54
LE REMBLAI

Pour les jeudi poésie des croqueurs de mots et sur l'invitation d'Enriqueta à passer un été océanique.

C'est un texte que j'ai dû déjà proposer au moins deux fois mais il est 'dans le ton' ... et la chaleur écrasante a invité ma muse à se retirer en une contrée plus fraîche!

J’ai habillé mon cœur d’un petit pull marin

Pour ravir à la digue une nuée d’embruns,

J’ai glané des galets, cueilli la fleur de sel,

Cherché sur l’océan une évasion nouvelle,

*****

J’ai glissé mes pieds nus dans un château de sable,

Frôlé du bout du doigt l’écume insaisissable,

J’ai posé sur mon corps l’empreinte des rochers,

Retenu un frisson qui voulait s’envoler,

*****

J’ai offert à mes yeux une vague d’argent

Berçant pour m’appeler l’ombre d’un bateau blanc,

J’ai baigné mes cheveux dans un halo de lune

En écoutant le vent respirer dans la hune,

*****

J’ai effeuillé une algue aux saveurs odorantes,

Nargué un coquillage qui me jouait l’absence,

J’ai goûté étourdie le parfum du grand large

Pour envoler mon rêve en oiseau de passage,

*****

J’ai confié à la mouette un reste de chagrin

Elle en a fait pour moi le plus gai des refrains,

J’ai bu jusqu’à l’ivresse la joie infinie

De libérer mon âme des plaies de la vie …

*****

Bercée par mes élans je me suis endormie

A l’abri du Remblai qui me prêtait son lit !

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 19:48

pour ce jeudi poésie océanique auquel nous invite Enriqueta

****

en fond d'écran

d'un nuage blanc

s'en vient planant

un goéland...

il me surprend!

****

sur l'aile du vent

soudain plogeant

pour un instant

les flots d'argent

va épousant ...

il me surprend!

****

son vol reprend

en le suivant

reste rêvant

hors de ce temps

loin des tourments...

je me surprends!

****

en goéland

vogue à présent

sur l'océan

en libérant

mon plus beau chant ...

je vous surprends!

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 15:54
LA PÊCHE EN MER

Pour les lundis sur l'océan avec les croqueurs de mots et sur l'invitation d'Enriqueta

****

Nous avons fait bien des sorties au large des côtes de La Rochelle ou des sables d’Olonne pour ces « pêches en mer » à bard de chalutiers, qu’elles soient proposées aux touristes ou pour accompagner des amis marins pêcheurs.

Quelle joie de se lever de bon matin et de revêtir les bottes et les cirés !

Quelle joie de se laisser envelopper par les effluves marines, suaves odeurs d’algues et de vents salins !

Quelle joie de s’arrimer en poupe et de laisser les embruns balayer les quelques restes de la nuit !

Que d’éclats de rire pour un moulinet qui se met à tournicoter tout seul, pour un cordage malicieux qui vous agrippe le pied !

Quel bonheur de vivre au vent du large, bercés par les roulis et les chants des goélands !

Chaque sortie en mer était tout à la fois pareille et différente ; chaque sortie en mer était comme un petit Noël : attente fébrile et émoustillée, tranche de vie à nulle autre pareille et souvenirs intarissables.

Point n’était besoin d’immortaliser le jour avec des photos, le cœur suffisait pour en faire mémoire.

Il mes souvient pourtant d’une pêche en mer très particulière ; c’était par gros temps, grandes vagues et forte tempête.

Nous avions décidé, malgré tout, de ‘prendre la mer’ car il s’agissait d’une sortie programmée par le Comité d’Entreprise et tous les présents, en toute inconscience, en voulurent ‘pour leur argent’.

Passé les tours de La Rochelle et quelques miles, le chalu se mit à tanguer dangereusement ; les marins décidèrent de ne pas aller plus loin et jetèrent l’ancre. A la question « Voulez-vous qu’on fasse demi-tour ? » la majorité répondit « non » et nous restâmes là avec des vagues qui nous submergeaient et un chalu qui se couchait parfois au raz des flots.

La prise de risques fut, en fait, de courte durée car, les uns après les autres, les participants s’affaissaient sur les planches après s’être délestés de leur petit déjeuner. Au bout d’une petite demi-heure, outre les deux marins, nous n’étions plus que trois sur pied. Mon mari y alla de sa harangue, que nul n’était plus en mesure de comprendre d’ailleurs ; il en appela à la raison, à l’estomac, à la peur, pour finalement et avec l’accord des deux survivants demander aux marins de rentrer au port.

Soulagés, ceux-ci virèrent de bord sans plus se faire prier et s’efforcèrent de nous ramener sur le terre ferme dans le déchaînement des vagues.

L’histoire pourrait se terminer ainsi mais il y manquerait l’anecdote, le grand éclat de rire qui secoua l’entreprise de mon mari le surlendemain :

Il y avait un homme venu sans sa femme qui n’aimait pas la mer et qui avait voulu jouer les frimeurs et les tricheurs ; avant de reprendre le bus pour rentrer il avait fait un détour dans une poissonnerie où il avait acheté un poisson, une bien belle pièce.

De retour chez lui il l’a donné, vantard, à sa femme qui lui a répondu illico « Ah bon ! Je ne savais pas qu’il y avait des feuilles de persil dans l’océan ! »

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 19:26

Pour répondre à l'invitation d'Enriqueta et participer au défi qu'elle nous lance sur le thème de l'océan et pour la 'consigne' de ce jeudi en poésie: les marins ou les ports ...

J'ai choisi ce poème que j'avais écrit il y a bientôt douze ans parce qu'il me touche encore ... et que mon mari et notre ami Pierrot, parti quelques années plus tôt, étaient de grands amoureux de la mer.

et ne vous demandant une grande clémence pour une présentation quelque peu 'massacrée' par les caprices et exigences de la nouvelle version d'OB!

(j'ai mis quelques petites étoile entre chaque couplet pour mieux les séparer, essayer de ne pas vous offrir du 'tout tassé')

J'ai cueilli l'étoile/ Au vent de demain

Hissé la grand voile/ Au bout de mes mains

Pour pose ta moelle/ Mon cœur de marin

Au creux de ma toile/ Mon mari, Guilain.

****

Guilain mon complice/ D'un si long chemin

Sais-tu qu'en coulisses/ De notre destin

Le souvenir glisse/ D'un fameux copain...

Et ce soir j'esquisse/ Pour vous ce refrain.

****

Au clair de la lune/ Ton ami Pierrot

Sur un ciel de dunes/ T'attendait tantôt

Pour boire à la brune/ Encor' l'apéro...

Un chant dans la hune/ Berce mes sanglots.

****

Par un soir d'été/ Tu lâchas ma main

pour mieux retrouver/ Pierrot ton copain

Avez-vous trouvé/ Etoilée d'embruns

Une Île à rêver .../ J'arrive demain!

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 13:26
un avant goût ...

du prochain défi des croqueurs de mots ...

parce que le Capitaine, Enriqueta, vient de me lancer une invitation à la suivre,

et parce que j'aime 'trop' l'océan, même s'il est déchaîné ... d'ailleurs cette tourmente correspond tellement bien à ma situation actuelle, des plus mouvementée en matière d'ordis et de blog

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 20:21
Mise en pause

Ordi en transfert

OB en version nouvelle

Panne sur mon blog!

Mois de juin en pause

Mais j'irai à vos rencontres

Clique ma souris!

Manon si tu passes

Un gros bisous te dédie

Un autre à Lucie!

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 14:54

Depuis que 'l'école du mercredi matin' est mise en place bien des parents sont confrontés au problème de la récupération de leurs jeunes enfants à midi car les écoles primaires n'assurent pas le service de la cantine ce jour-là.

Depuis que 'l'école du mercredi matin' est mise en place j'assure donc, en alternance avec les autres grands parents et la nounou, la prise en charge de mes petites filles. J'ai choisi de les accueillir dès le mardi soir pour leur permettre de se lever une heure plus tard qu'à l'habitude ...et d'avoir le plaisir de déguster une chocolatine au petit déjeuner.

Ce mardi, c'était mon tour. Mon fils me les a menées vers dix-neuf heures trente et nous avons passé un début de soirée bien agréable:un 'apéro', coca pour elles, vin cuit pour moi, agrémenté de pop-corn et d'olives,un menu choisi pour leur faire plaisir avec la promesse d'une coupe de fraises 'Gariguettes' à la chantilly pour le dessert.

L'ambiance était joviale, leurs yeux pétillaient et Miss Lulu était intarissable au point que j'ai d^à plusieurs reprises lui demander de se taire pour finir son choux fleur gratiné.

Comme à son habitude et profitant de l'absence de papa, Lucie avait posé ses doudous sur la table; je n'y avais pas prêté attention mais Manon l'avait bien remarqué et, soudain, décida d'intervenir, de rappeler la consigne de ses parents ... et le drame éclata:

"Oh, non!" Le visage de Manon se décomposa, de grasses larmes se mirent à couler le long de ses joues "j'ai oublié mon doudou!" Eh oui, même à douze ans et demi, même avec l'adolescente attitude, même en étant capable de rester seule chez elle et, plus encore, de garder sa petite sœur, Manon a encore besoin de son 'objet transitionnel' (et j'ai ouïe dire, signe de nos temps modernes déshumanisés, qu'ils sont nombreux nos jeunes 'ados' à éprouver cette absolue nécessité)

Il était vingt heures trente. Papa accepterait-il de refaire le trajet pour lui apporter son doudou? En fait, Manon était bien convaincue que non; cependant elle voulait croire un peu mais n'osait pas appeler par crainte d'entendre le refus redouté. Elle me dit: "Je ne sais pas si papa voudra venir" Plutôt que de lui répondre qu'en effet il refuserait, je lui proposais de l'appeler en prenant soin de la préparer à la réponse: "Appelle papa, comme cela tu sauras mais il faudra que tu acceptes la réponses quelle qu'elle soit."

Après le coup de fil et le verdict Manon avait séché ses larmes: entendre la voix de son père l'avait, l'espace d'un instant, reliée à sa maison. Profitant de son calme retrouvé je me mis à lui expliquer à quoi correspond son doudou, ce qu'en fait elle sait parfaitement. Je lui promis que nous allions trouver ensemble une solution de substitution. Rassérénée Manon se régala avec ses fraises à la chantilly.

Pendant qu'elle dégustait un bel excès de crème je me mis à réfléchir; très vite deux idées salvatrices me virent:

Tout d'abord, sur l'étagère en face de moi se trouvait une petite poupée en costume que ma belle-fille m'avait ramenée de Marrakech; Manon en avait une sur sa table de nuit; lui prêter ma poupée me sembla alors évident; j'avais pensé juste car les yeux de Manon retrouvèrent leur sourire.

Lorsque la table fut desservie mes petites filles montèrent dans la chambre pour se mettre en pyjama; Manon avait pris la poupée avec tendresse et la plaça sur la table de nuit.

J'envisageais alors, au détour d'une idée qui me semblait valable, lui prêter mon foulard, celui que je porte le plus souvent: il est imprégné de mon odeur et de celle de mon parfum que Manon utilise parfois, cela pourrait lui donner le sentiment d'une présence, d'un lien. Je n'en ai pas eu le temps car un éclat radieux jaillit de l'étage:

"Mamie, mamie, Lucie elle me prête son nounours pour cette nuit!" Et Lucie de surenchérir: "Eh ben oui, une sœur, c'est fait pour ça! et 'pis' j'ai mon autre doudou alors, ça ira!"

wouahou! Une armée d'anges planèrent dans ma maison et j'ai bien failli fondre en larmes!

Mon tout petit bout de femme de huit ans et demi avait compris que l'amour n'est pas à sens unique et qu'elle pouvait, elle aussi, voler au secours de sa grande soeur en détresse!

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 19:25

Pour le défi N° 'je sais plus' des croqueurs de mots proposé par Fanfan

et à la manière de Monsieur de La Fontaine:

- - - - - - - -

Capitaine Domi sur son ordi penchée

Tenait en ses main fermement la souris

Mais de tant de lectures ses yeux fatigués

Lui réclamaient, pleureurs, d'enfin aller au lit.

Résistante Domi se devait d'assumer

Et d'aller voir comment ses matelots chéris

Avaient sur le défi par Fanfan proposé

Déliré tout joyeux leurs plus belles folies.

Si peut-être certains craintifs n'ont pas oser

Lâcher prise 'dada', respect de prosodie

Pour son bonheur beaucoup s'y sont tant régalés

Qu'en levant de la toile ses yeux éblouis

D'un grand 'youpi' zazou elle voulu crier:

Cette aventure drôle vaut bien un merci

A Fanfan et tous ceux qui ont participé!

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 16:18

Le bus scolaire vient de rentrer, peut-être est-il encore temps?

Alors:

avec Lulu:

Main dans la main se sont rentrès

Et pour votre cour de récrée

afin d'être un peu pardonnés

un gros bouquet ont apporté!

un bouquet pour Maîtresse JB

un bouquet pour Maîtresse JB

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories