Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 13:43

c'est une 'rediffusion', mais après tout, la télé ne s'en prive pas et cette petite histoire -vraie- qui s'est passée il y a deux ans va me permettre de commencer à m'apprivoiser avec cette nouvelle version ... tout en vous distrayant, je l'espère

toutefois, comme cette journée avait rendu ma plume fort bavarde, je vais vous la proposer en plusieurs épisodes; voici le 'début de journée'

Ce 8 mai n’était pas ordinaire !

Non parce que je me suis soudain sentie prise d’un élan de patriotisme m’invitant à me rendre, fort civiquement, sur la place du village pour assister à la commémoration …

Non parce que le temps hors calendrier me faisait plutôt rêver aux chrysanthèmes mordorés qu’aux tulipes multicolores …

C’était, tout simplement et très exceptionnellement, un 8 mai sous le signe des vacances scolaires, un 8 mai où mes petites filles étaient venues briser ma tradition de journée-solitude.

Pour ce huit mai qui fleurait bon la fête

Rires et jeux étaient au rendez-vous,

Cette journée à me tourner la tête

Soufflait un air de sens dessus dessous !

Après un petit déjeuner qui avait pris son temps : il fallait bien savourer tranquillement le beurre fondant-fondu sur les tranches de pain grillé, lécher soigneusement quelques doigts égarés dans le pot de confiture, tenter en y croyant de faire disparaître l’éclaboussure de chocolat au lait venue par mégarde à la rencontre du T-shirt …

Après ce « trop bien p’tit dej’ » selon la conclusion de Miss Lulu et un passage, éclair cette fois, dans la salle de bain, les demoiselles se sont retrouvées, en un temps battant tous les records, habillées et chaussées, prêtes pour une grande promenade.

Oups ! J’ai dû bousculer mes lenteurs habituelles : pas le temps de philosopher sur la tenue à adopter ; j’ai sauté dans mon survêtement et enfilé mes tennis !

Pour ces balades matinales nous avons nos habitudes :

Nous commençons par un petit tour au cœur du village et un arrêt au tabac-presse pour saluer Michèle (ou Audrey, ou Corine, bref la vendeuse du jour) et acheter une revue ainsi qu’une friandise ; « rien que une, comme ça ! » précise Lucie en levant le pouce parce qu’elle sait bien que je ne les gâte pas au-delà du raisonnable et qu’il est vain de clignoter des yeux en tortillant le nez pour tenter d’en avoir une seconde.

Puis nous continuons le périple jusqu’à la pharmacie, tout au bout de la rue, pour contempler la vitrine toujours attrayante. Parfois Manon s’infiltre, attirée par le présentoir aux lunettes, ose en essayer quelques paires en ayant soin de préciser : « C’est juste pour me faire plaisir avec la mode !». Du coup, Lucie en profite pour se glisser dans l’espace jeux des tout-petits et, pouce planté dans la bouche, se balance sur la coccinelle à bascule.

Ô temps, suspends ton vol

Au cadran du bonheur les aiguilles s’arrêtent

Et tricotent l’étole

De douce fantaisie habillant leurs mirettes !

Après ce ‘bain de’ société’ nous irons terminer la matinée à l’autre bout du village où le complexe sportif offre mille et une possibilités de profiter agréablement du grand air. Mais, auparavant, nous faisons halte chez Marie, la fleuriste.

Marie aime son métier et sait parler de toutes ses fleurs avec une telle passion que mes petites filles ont les yeux emplis de sourires rien qu’en l’écoutant ; Marie aime les enfants aussi et, toujours, elle sait trouver la petite fleur ‘que de toutes façons elle ne va plus vendre’ pour l’agrémenter de quelques feuillages, l’entourer d’un reste de papier rose fuchsia ou vert amande, la lier d’un ruban doré et leur offrir.

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 21:26

Je ne fais que ce que je peux sur ou sous cette nouvelle version d'OB qui me prive pour l'instant d'une mise en page convenable = lorsque je prépare mon texte, pas de problème majeur mais lorsque je valide tout se met au coin et à gauche ... et sans l'illustration???

Cela ne me plait pas vraiment ... parce que ce que je vous propose d'aussi informel ... ce n'est pas moi!!!

Bon! Je suis quand même là et c'est déjà ça (clin d’œil)

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 21:15

Pour les prénoms poésie de la cour de récrée de JB

Caresse de satin

Offerte au clair de lune

Laisse-toi mon Pierrot

Oublier tes lacunes

Ma colombe en refrain

Berce tes infortunes

Epouse-­la tantôt !

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 13:31

Je naviguais pénarde sur mon vieil OB

Où mon amie Arielle m’avait propulsée

Elle eut soin à l’époque de bien m’initier

Dieu que j’étais à l’aise dans mon vieil OB !

Un jour me prit pourtant l’envie de le quitter

Comme d’autre l’ont fait voulu déménager

Sans raisons ai souhaité mes rimes déposer

Dans un autre domaine et me renouveler.

Lorsque la mise à jour me fut recommandée

La consigne me suis contentée de zapper

OB n’a pas aimé cette infidélité

En nouvelle version mon blog a balancé.

Me voici en errance chez cet étranger

Qui pour en ajouter à mes contrariétés

La liste de mes liens a fait s’évaporer

Voilà ce qu’il advient à trop tergiverser.

Cette leçon j’espère va me décider

A répondre à la main tendue en amitié

Franchir le pas enfin et très bientôt tester

Une autre plateforme où je vais m’éclater.

Mais chut ! Et patience vais vous demander:

Pour quelques jours radieux je suis en RTT

Avec mes deux Minettes aux rires enjoués

Nous ferons de ce temps une grande récrée

Et poserons Colombe à la cour de JB !

Repost 0
Published by chezsimone
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 19:06

Le texte du lundi pour le défi 143 des croqueurs de mots,  

 

                                           Le parcours de santé 

 

Depuis trois ans et demi mon épaule gauche m’en fait voir de toutes les couleurs et, maintenant, cette douleur qui n’aura jamais de cause avérée, m’est devenue si familière que, parfois, je m’étonne de ne plus souffrir durant quelques jours.

Une tête humérale enfoncée dans  sa cavité ? Des tendons usées et étirés ? Un nerf coincé ou un petit os mal ressoudé ? Cela restera mon grand mystère de la médecine !

 

Je n’oublierai cependant pas le parcours médical que cela m’a valu :

Tout a commencé par une simple radio qui s’est, en réalité révélée quelque peu compliquée : face, profil, trois quart en serrant les dents parce qu’il me fallait garder la main sur la tête au prix d’élongations sportives et douloureuses ; après une série de clichés, le manipulateur radio m’annonça qu’il fallait recommencer : « vous être trop petite et les prises ne sont pas bien cadrées ; mettez-vous sur la pointe des pieds ! » Il s’en fallu de peu que je me fasse une luxation des orteils.

Ensuite, reléguée dans une cabine sans air, enroulée dans mon pull puisque j’avais la consigne de ne pas me rhabiller, j’espérais un résultat, une réponse à mes questionnements ; mais, non ! Le  radiologue vint m’annoncer avec un large sourire qu’il ne décelait aucune lésion.

Pour ce non résultat je dû malgré tout sortir ma carte bancaire pour les honoraires non conventionnés du toubib. « L’acte radiologique, lui, est pris en charge par votre tiers payant » me dit courtoisement la secrétaire ; merci, c’est déjà ça mais le ‘vous n’avez rien’ en dépassement d’honoraires m’est resté sur l’estomac.

 

Je n’avais donc rien, sauf mal ! Consciencieux, mon médecin me proposa un supplément d’examen : un scanner. Ce fut le parcours du combattant pour obtenir un rendez-vous … un bon mois plus tard !

Et là, vers 16h30, alors que j’étais ‘programmée’ à 15h15, je dû subir tout le questionnaire d’usage sur mes antécédents, mes allergies, mes prises de médicaments et autres intolérances ; une bonne demie heure plus tard je fus enfin installée dans la salle d’examen. Après une nouvelle attente dans une autre petite cabine aussi austère que la première, le radiologue vint m’annoncer qu’il ne trouvait rien d’anormal ; à son non sourire je compris qu’il me prenait pour une pauvre hypochondriaque.

Il était plus de 18h lorsque je présentais, encore une fois, ma carte bancaire pour un allègement de mon compte que même ma mutuelle n’allait pas renflouer totalement.

 

En désespoir de cause et à court d’idées mais pleinement compatissant, mon médecin me prescrivit une pommade antidouleur et dix séances de kiné. L’antidouleur étant considéré comme ‘médicament de confort’ fut à ma charge.

Quant à la grande et belle aventure de kinésithérapie, puisque j’ai pu bénéficier du tiers payant, là oui, ce fut un véritable petit confort : une heure, deux fois par semaine à se faire masser ‘à l’œil’, j’en aurai redemandé !

Et alors, pourquoi pas ? Maintenant, tous les ans au sortir de l’hiver, je m’offre cette douce remise en forme ‘aux frais de la princesse’ et cela, sans scrupules : d’abord c’est justifié puisque ma persistante et inexpliquée douleurs s’en trouve apaisée et puis, depuis le temps que j’alimente la sécu et ma mutuelle sans abus de consommation … je ne fais rien de mal en me faisant du bien !

 

chariot-brancard

Repost 0
Published by chezsimone - dans Mes petits textes
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 16:22

 

Dimanche dernier je suis allée, avec des amies, déjeuner au bord d'un lac. La journée en plein ciel bleu a été superbe et j'ai pris quelques photos, dont celle-ci que j'aime tout particulièrement  ... peut-être parce qu'il fallait oser aller aussi près de la berge.

Du coup j'ai eu envie de lui donner un supplément de vie en l'accompagnant de ces deux Haïkus:

 

 

 

Lac de Bajamon 6

 

sur l'onde étoilée

voguent joyeuses pensées

doux rêve envolé.

 

si bleu est le ciel

étang paré de  soleil

lueurs sans pareil.

 

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 20:45

Pour le défi 143 des croqueurs de mots et sur la proposition d'Enriqueta d'être solidaire de ses problèmes médicaux un poème du jeudi qui tombe 'à pic' parce que ma copine Marlène va passer la nuit à l'hopital pour rester auprès de son fiston qui veint de se faire une méchante fracture du poignet , et que je viens de me faire une méchante ampoule sous la voute plantaire' pour un petit caillou qui s'est faufillé dans ma chaussure

 

 

 

Guérisseurs ou charlatans ?

 

Lorsque lassés peut-être de trop de souffrances

Lancinante douleurs sur un corps en errance

On décide en ultime baume à nos douleurs

De s’en aller quérir les dons d’un guérisseur

Que faut-il que l’on soit à bout de patience

Pour faire au charlatan si grande confiance !

 

On y croit on attend de lui un grand miracle

Qui nous redonnera la vie plus agréable

Qu’adviendra-t-il de nous si nous croyons à peine

Qu’il peut de quelques gestes soulager nos gènes

Tristes de cet échec repartirons amers

Emportant avec nous nos affres en enfer !

 

Mais si nous y croyons un peu plus qu’il ne faut

Que deviendrons-nous si son geste sonne faux

Et qu’au lieu d’y puiser quelques doux bénéfices

Nous subissions brisés un trop affreux supplice !

 

Il est des médecins sans diplômes avérés

Et qui pourtant nos maux savent si bien soigner

Il est des imposteurs avides de profits

Qui massacrent nos corps … soyez-en avertis !

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 08:07

Pour les mercredis poésie de la cour de récrée de JB

 

Abigaëlle

 

Sous ta coiffe de dentelles

Abigaëlle

Tu laisses briller tes prunelles

 

Dans le char des demoiselles

Abigaëlle

Serais-tu donc encor’ pucelle

 

Sur l’invitation d’Annaëlle

Abigaëlle

Vas-tu danser la tarentelle

 

Mais qu’est-ce là juste ciel

Abigaëlle

Tes pas de deux sont irréels

 

Que n’as-tu pas choisi Gaël

Abigaëlle

Ce jouvenceau un peu rebelle

 

Mais qui pour toi se sent des ailes

Abigaëlle

Pour t’avouer que tu es celle

 

Que son cœur a choisi pour belle

Abigaëlle

Et qu’il te restera fidèle

 

Laisse ta coiffe et ses dentelles

Abigaëlle

Puisqu’aujourd’hui l’amour t’appelle !


Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
10 avril 2015 5 10 /04 /avril /2015 13:39

 

ma cour fleurie 2

 

 

Rouge pétunia

Primevères et oeillets

Eclats de printemps!

 

  ma cour fleurie1

 

 

Ombres et lumière

Senteurs suaves au matin

La vie qui renaît!

 

 

 

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 20:50

 

Pour le défi N° 142 des croqueurs de mots (poésie du jeudi)

sur le thème: 'un monde à l'envers'

   

En apesanteur

 

Allongée sur son lit

En éveil à demi

Comme en un contre envol

Du plafond fait son sol ;

Mais ce monde à l’envers

De peu de choses à l’air

Tant il est uniforme …

C’est bien trop monotone !

 

Refermant les paupières

Elle part en chimères

Et bientôt la voici

A cent lieues de son lit.

 

En rêve apesanteur

Elle rejoint sur l’heure

Les nuages qui jouent

Et soudain elle renoue

D’une joie sans pareil

Avec son à l’envers

D’un monde de l’enfance…

Elle entre dans la danse !

 

Au retour du voyage

Elle saisit la page

Où son crayon bohème

Dépose son poème :

 

‘Les nuages’

 

Bonne journée

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories