Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 19:52

Eh oui! Comme c'est étrange: quand j'ai validé ma copie ... le début s'est évanoui

alors, étrange pour étrange, je tente de le republier ... ne serait-ce que pour mettre la photo car, sans elle, mon texte manque un peu de sens

 

A en perdre la tête, à user ma raison, chaque jour je contemple cette photo proposée par Lénaïg :

 

défi 142, Iben voilà! c'est-i pas mieux comme ça

Repost 0
Published by chezsimone - dans Divers
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 19:35

Toujours pour le défi 142 des croqueurs de mots, je vous propose cette peinture que j'avais intitulée "Le jour se lève"

 

Le jour se lève

 

Et je vous explique:

Durant quelques années j'ai participé à un atelier de peinture 'à vif' que nous avions appelé 'L'art Cru'; c'est une amie psychologue qui m'avait proposé de la rejoindre dans cette démarche auprès de ses patients, et d'intervenir, à l'occasion, au titre de ma profession d'assistante sociale.

Le principe était le suivant: des pots de peinture dilués, des couleurs de bases et des couleurs composées, des pinceaux de différents tailles et des grandes feuilles de canson fixées à même le mur; il s'agissait de peindre sans dessin préalable 'ce qui passait par la tête'; souvent les patients déposaient leurs difficultés, leurs états d'âme; le but n'était pas de réaliser des oeuvres d'art mais de libérer l'expression à la fin de la séance où un temps de partages était ouvert.

Afin de mettre les personnes en confiance, j'ai 'joué le jeu' et je me suis 'collée' devant la feuille ...  c'est surprenant! j'en ai retiré, pour moi aussi, de grands bénéfices ... j'avais 'commis' ce barbouillage un matin où j'avais l'humeur chagrine!

Repost 0
Published by chezsimone - dans Divers
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 19:07

Je voudrais tant y rencontrer cette atmosphère étrange qu’elle nous invite à raconter … mais

Comme  c’est étrange,

Je n’y vois rien d’étrange ;

Serais-je donc, moi, si étrange

D’y ressentir un grand calme, d’y éprouver un sentiment feutré de bien être ?

 

Un ciel en promesse d’orage, allez-vous me dire, c’est n’est pas aussi rassurant que cela ;

Des demi teintes dont on ne sait si elles sont aurore embrumée ou nuitée duveteuse, ce n’est pas  aussi sécurisant que cela !

Serait-ce donc étrange d’attendre l’orage au milieu de nulle part et à une heure du jour que l’on ne connait pas ?

Je vous l’accorde : ce n’est certes pas l’ordre naturel des choses … mais

Comme c’est étrange,

Je n’y vois rien d’étrange ;

Serais-je donc, moi, si étrange ?

 

Cet homme et  cette femme qui semblent scruter le ciel à la croisée des chemins ne me semblent ni inquiétants, ni inquiétés … mais

Dans la pénombre d’un petit matin ou celle d’une fin de soirée, je suis allée me promener ; j’admire, immobile et tranquille, le vol tourbillonnant des nuages … et

Comme c’est étrange

Là, à quelques pas devant moi, ne serait-ce pas Lui,

Mon Guislain trop tôt parti ?

Surtout ne pas bouger

Retenir son souffle

Pour conserver cette vision

En illusion de sa présence

A l’instant où, oui, l’atmosphère m’est devenue enfin étrange !

Repost 0
Published by chezsimone - dans Mes petits textes
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 13:57

Comme je mélange un peu tout, pourquoi ne pas revenir sur cette page ... pour rendre à César etc...

= je me suis trompée d'un jour, c'est pour le défi de lénaïg que je fais cette proposition sur le thème 'le monde à l'envers'

 

En fait, en regardant la photo inversée je me suis souvenue que sur une photo reflets d'eau présentée par une amie blogueuses (Crépusculine*) j'avais fait un poème... alors, à défaut de création cette semaine, je peux malgré tout prendre quleques minutes pour vous présenter et le poème et la photo:

 

* = Crépusculine est dans mes liens sur mon blog et je vous invite à faire un tour dans son un univers.

 

 

 

Plongerai-je le pied

Ou le bout de mon nez

Dans ce flou inversé

Qui m’invité à rêver ?

 

Oserai-je le pas

Frôlerai-je si bas

La hauteur de ces toits

Tenterai-je l’émoi

D’un élan de folie

Qui sans dessous me mit

En contemplant ravie

Ces reflets de la vie ?

 

Reflets

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 13:08

 

Pour nous, chrétiens, la semaine à venir, appelée ‘Semaine Sainte’ est le sommet de notre foi. Mais je ne vous ferai ni catéchisme ni prosélytisme parce que :

« ça n’a pas des sens »

Simplement, pour moi, il est important de la vivre pleinement et cela va me prendre du temps ; d’autant plus de temps que mon curé m’a appelée à participer à l’organisation des différentes célébrations. Et pour moi

« ça a du sens »

Je ne m’étalerai pas plu longuement car je respecte toutes les sensibilités, opinions et idéologies : vous importuner, m’imposer

« ça n’a pas de sens »

Si j’ose aborder ceci c’est pour vous dire que je vais un peu manquer de disponibilité pour la création littéraire. Bâcler dans un temps un texte sans valeur, pondre à la va-vite un mauvais poème

« ça n’a pas de sens »

Alors je vais poser ma plume et refermer l’encrier jusqu’à Pâques.

Je ne vais toutefois pas bouder mon ordinateur ni délaisser sa souris : dans les moments de loisirs que je saurai me ménager je viendrai chez vous, je vous offrirai mes commentaires … Bref ! je poursuis notre partage parce que

« ça a du sens »

Et que nos échanges me sont précieux !

 

Le Reliquaire de la Statuette miraculeuse de Bon Encontre

(le reliquaire de la statuette miraculeuse dans notre Basilique)

Repost 0
Published by chezsimone - dans Mes petits textes
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 09:40

 

Pour les prénoms du mercredi de la cour de récrée de Jill Bill

 

PACO

 

Paco

Pauvre nigaud

Est arrivé trop tôt

Et le portail a trouvé clos

C’est sot !

 

Sitôt

Tourna le dos

S’en alla au dodo

Et parti en des rêves chauds

Yeux clos !

 

Soudain

Siffla le train

Passant au bout du jardin

Il réveilla Paco éteint

Enfin!

 

D’un bond

Dans ses chaussons

Couru par vaux et monts

Mais tomba sur le bord du pont

C’est con !

 

Rater

Cette récrée

Aux rires enjoués

S’en retourner dans sa chambrée

Pleurer !

 

SOS :

Qui aura pitié de Paco

Et viendra lui tendre la main

Pour l’emmener à la récrée

Retrouver un air plus serein

Avec les copains de JB !

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 18:13

Pour le défi 141 des croqueurs de mots proposé par Enriqueta

(je poste ce soir car demain ce ne pourrait pas être avant ... 14 heures)

 

C’est au fond du grenier, dans une boite en carton jauni, que j’ai aimé maman !

 

J’étais l’aînée de six enfants ; ma mère exigeait beaucoup de moi pour la seconder et avait cette fâcheuse manie de toujours me punir pour toutes les bêtises de la fratrie.

J’avais, je l’avoue quelques difficultés à l’aimer de tout mon cœur.

Pour éviter les corvées de dînette et de petites voitures, pour échapper aux tirages de tresses et autres joie d’une famille trop nombreuse, je m’éclipsais dans le grenier.

 

Ce grenier, véritable caverne d’Ali Baba, m’envolait dans des rêves tous plus extravagants les uns que les autres.

Coiffant le haut de forme de mon grand-père et chevauchant son vieux vélo sans roues, je partais à la conquête de mille et une aventures.

Me vêtant d’une antique robe au corsage dentelé, m’enveloppant d’un châle aux teintes délavées, je devenais princesse et attendais mon amant.

 

Mon imagination fertile donnait vie à toutes les richesses accumulées depuis plusieurs générations. Je ne faisais donc pas qu’y rêver, je partais aussi en un voyage dans le temps d’avant pour deviner l’histoire de mes ancêtres : un chemin de mémoire à travers les papiers, lettres et cartes postales.

 

Un jour je me suis décidée à couper la ficelle d’une boite en carton qui m’intriguait depuis trop longtemps ; quelle découverte ! Mon cœur se mit à battre à tout rompre devant une collection d‘aquarelles : des fleurs, des paysages et  quelques portraits peints avec une infinie délicatesse ; de vrais chef d’œuvres.

Je fus à deux doigts de défaillir lorsque, osant en retourner une, je découvris … le nom de ma mère !

 

Maman, toi si rigide et exigeante, toi qui mène la barque de la maison avec une telle autorité ; mais pouvais-je comprendre que tu n’as peut-être pas d’autre choix pour éviter la grande dérive ?

Ah ! Que n’ai-je connu plus tôt la délicate jeune fille qui rêvait sans doute en peignant si tendrement la vie !

 

Tout doucement j’ai refermé la boite ; après un baiser je l’ai précieusement déposée dans le bas de l’armoire : à présent je savais où trouver le grand cœur de maman pour apprendre à l’aimer !

 

Nuages

Repost 0
Published by chezsimone - dans Mes petits textes
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 11:36

Pour accueillir le printemps, même s'il se fait bien timide ce matin, je vous propose mon petit moineau des îles; un histoire vécue!

 

C’était à la Martinique.

Nous étions arrivés la veille en fin de soirée. L’excitation du voyage, la chaleur, les bruits inhabituels avaient hachuré notre nuit et, bien qu’il soit encore très tôt, l’aurore pointait déjà ; c’est étrange d’être réveillé à six heures du matin pendant les vacances !

Nous décidâmes de prendre notre premier petit déjeuner sur la terrasse et j’ouvris la porte-fenêtre …

Et là, à l’angle, perché sur la balustrade, un petit moineau nous épiait.

Ce n’était pas un chatoyant colibri, fierté des Caraïbes, ce n’était pas non plus un de ces majestueux oiseaux au pelage de geai cousin de nos corbeaux ; c’était un petit ‘piaf’ tout rond, tout gris, avec un bec et des pattes marrons … un simple ‘moineau des îles.

Il nous regardait tranquillement, nullement effarouché par nos mouvements vifs ; il a lancé quelques trilles puis s’est mis à aller et venir sur la barre en s’ébrouant.

Yann a pris un morceau de biscotte et s’est approché ; l’oiseau s’est éloigné mais, très vite, il est revenu chercher les miettes que nos lui proposions … Il s’est à nouveau invité le soir, à l’heure du dîner et semblait nous dire : « Donnez-moi des miettes ! » ; Yann lui a offert quelques bouchées de pain …

Le petit ‘moineau de îles’ venait de nous apprivoiser et nous l’avons adopté !

 

Chaque jour, à l’heure des repas, il venait ; il ne s’envolait plus à notre approche, il chantait en attendant ses miettes de pain qu’il dégustait visiblement satisfait avant de prendre quelques gouttes d’eau dans la soucoupe qu’il nous avait semblé agréable de lui consacrer pour compléter son repas.

Quelques temps après, un soir où nous nous étions attardés à consulter la carte après avoir mis le couvert, il a osé ! Il est venu sur la table et s’est servi tout seul … un morceau de jambon. Lorsque nous sommes sorti, il est resté et nous a regardés en agitant ses ailes de plaisir.

Nous aurions pu le chasser : « Vilain chapardeur ! » Mais nous l’avons regardé avec tendresse : « Gentil petit moineau de îles, merci de ‘faire comme chez toi’ pour sceller notre amitié ! »

 

A la fin du séjour, lorsqu’il a fallu boucler nos valises, Yann est allé sur la terrasse une dernière fois ; il a posé sur la table vide quelques miettes de pain et un morceau de jambon ; il a scruté le ciel et a dit, nostalgique : « Je vais le regretter, mon copain des îles ! »

 

A présent, quand je dépose mes restes de pains en miettes sur ma pelouse et que je contemple les oiseaux qui les picorent en pépiant, je ne peux m’empêcher de repenser à notre petit compagnon, notre ‘moineau des îles’ !

 

L'enfant et l'oiseau-copie-1

Repost 0
Published by chezsimone - dans Mes petits textes
commenter cet article
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 08:51

 

Pour le défi 141 des croqueurs de mots (poésie du jeudi)

 Avec Enriqueta, retournons dans les vieux pots ... pour aujourd'hui je suis tombée dans celui de Jill Bill

 

Laissez-moi vous narrer

En des vers libérés

De prosodie stylée

Comment l’on peut chanter

Chez le chocolatier :

 

Le dessert préféré de mes petites filles

C’est un Kinder Bueno

Et c’est bien volontiers que j’aiguise leurs papilles ;

 

Mais aujourd’hui c’est fête alors j’ai décidé

D’emmener leurs mirettes choisir un bon gâteau

Chez mon pâtissier-chocolatier.

 

Symphonie en robe noire d’une génoise pralinée

Ornée d’une blanche clé de sol

Tout en chocolat travaillé pour mieux nous faire saliver ;

 

Opéra crème au beurre alliant avec délicatesse

Un duo noir et ocre

De chocolat fondant sur un biscuit finesse ;

 

La tarte au chocolat nappée de sa meringue

Tout en rondeur suggère

Une envie de chanter dingue.

 

Soudain levant les bras tel un maestro endiablé

Bien mieux qu’un ‘pique nique douille’

L’enfant pour faire son choix se mit à entonner :

 

Pom, pom, pom, pom ! Ce sera toi !

Pom, pom, pom, pom ! Qui est pour moi !

Pom, pom, pom, pom  … Le  doigt s’arrête !

 

De ses yeux chocolats tout comme son gâteau

Jaillit la mélodie d’un bonheur pur et simple :

Un régal pour bientôt !

 

a98a508c'extra

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:18

Le prénom de ce mercredi pour la cour de récrée de Jill Bill: CRYSTAL

 

 

 

Crystal est si fragile je n’ose l’amener

Dans la cour de JB pour la grande récrée

Pourtant je le sais bien saurait vous enchanter

Par ses trilles joyeuses toute la journée.

 

Son plumage diaphane la rend si gracile

Que lorsque la regarde alors battent mes cils

Curieuse me contemple et d’un coup d’aile agile

S’envole vers les cieux emportant son babil.

 

Car oui Crystal n’est pas un triste piaf en cage

Mais un libre oiselet filant vers les nuages

A l’orée du balcon lui confie mon message

Va chez madame Jill et offre ton ramage.

 

oiseau perché

Repost 0
Published by chezsimone - dans Poésie
commenter cet article

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories