Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 18:25

Il n’y a pas très longtemps, et je vous l’avais raconté, la ‘petite Lulu’ m’avait eu !

Eh oui, rappelez-vous : Après s’être fait payer une revue de princesses (forcément de princesses) ce samedi où elle était venue seule – pour la première fois- à la maison, elle avait su me désarmer le mercredi suivant en me faisant remarquer, mirettes pétillantes à l’appui, que "je n’ai plus de sous" n’est pas un argument lorsqu’un distributeur de billets se trouve au plein milieu des commerces. Du coup, ma bonne résolution de ne pas être une mamie trop gâteau a fondu en un sourire mi- tendresse, mi- amusement … et Lucie a eu sa revue !

 

L’histoire aurait pu finir, ainsi et ici, dans le joyeux tourbillon de ma minette affairée à découvrir les richesses de sa nouvelle revue.

Mademoiselle Lucie aurait pu être une adorable mais trop gâtée petite fille qui ne réfléchit pas au-delà de l’instant présent…

 

Oui, mais, non !

Dimanche nous étions tous réunis en famille pour fêter l’anniversaire de mon fils.

Comme à l’habitude, pendant que les grandes personnes se racontaient mille et une choses sans grand intérêt au lieu de se décider à ‘passer à l’apéro’, mes petites filles m'ont invitée à venir dans leurs chambres.

Oh, oh ! Ne serais-je donc pas tout à fait une grande personne ? Peu m’importe : ces moments-là sont un vrai bonheur car, dans leurs univers, j’apprends à mieux les connaître. Là, en grande confidence, nous avons fait quelques projets pour les vacances à venir : le ‘repérage des lieux’ dans ma nouvelle maison, l’appropriation qu’elles allaient faire des espaces que je leur ai réservés, la promenade-goûter au lac de Passeligne, le shopping à Agen …

 

Soudain, Lucie se tourna vers moi et me dit :

« Et puis, si on va aussi retourner à ton magasin des revues, et bé, cette fois, j’en demanderai pas puisque l’autre jour j’en ai eu deux fois ! »

Un ange est passé … Il m’a raconté la belle histoire d’une bien délicate ‘Lulu’ pas si toute petite et gâtée qu’il n’y parait !

 


Lucie ange

Partager cet article
Repost0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 14:08

Ce samedi-là, je gardais la petite Lucie seule parce que sa grande sœur, Manon, était chez une ‘meilleure amie’.

Je voulais qu’elle ressente la joie toute neuve de passer une journée ‘rien que pour elle’ et j’avais prévu l’amener au tabac-presse pour lui acheter une revue ; ensuite nous irions à la supérette où elle choisirait la viande qui la tenterait pour le repas de midi.

 

Après un petit déjeuner riche en babillages et projets, après un rapide passage à la salle de bain et un habillage éclair, nous voici en route pour la place du village … en route ? Se ravisant au dernier moment Lucie m’affirme :

« On y va quand même en voiture, mamie, à cause des ‘courses’ qui seront trop lourdes ! »

Pourquoi pas ? Ces quelques centaines de mètres en voiture font sans doute partie de l’aventure !

 

Au tabac-presse Lucie prend son temps, examine les revues, les compare, vérifie l’âge préconisé – cinq à huit ans forcément -  et se décide enfin pour un magazine de princesse avec un jeu en mini-légos à construire.

« Mamie, je peux aussi avoir un Kinder surprise … s’il te plait mamie ! »

« Bien sûr ! » Même si c’est un peu plus cher que le Carambar habituel, aujourd’hui c’est ‘tout pout Lulu’ !

Je passe à la caisse : le magazine, le Kinder surprise et mon paquet de cigarette … il ne reste plus grand-chose de mon ‘billet bleu’ et je dis en riant à Michèle, la vendeuse :

« Il va falloir que je m’arrête au distributeur avant d’aller à la supérette »

Lucie renchéri : « ça, c’est une bonne idée mamie ! »  Elle n’est pas inquiète devant mon porte-monnaie vide : après le passage au guichet (magique) elle pourra avoir la viande qui lui plait et, peut-être, oser demander des ‘Flamby’.

 

Le mercredi suivant j’ai accueilli mes deux petites filles. Manon était venue avec son porte-monnaie et m’a demandé :

« Cet après-midi, on pourra aller au tabac-presse pour que je m’achète une revue et des images de Violetta ? » « Bien sûr ! »

Puis, me tournant vers Lucie, je lui dis : « Mais, comme samedi je t’ai acheté une revue, aujourd’hui je ne vais pas recommencer ; tu auras quand même un Kinder surprise si tu veux » et j’ajoute, mais était-ce bien malin : « D’ailleurs, je n’ai presque pas de sous dans mon porte-monnaie »

Cette précision n’a en rien déstabilisé la mini demoiselle qui m’a répliqué du tac au tac :

« Pas grave, mamie ! t’as juste qu’à passer au distributeur avant ! »

Belle logique d’une enfant bien de son temps et tellement habituée à voir ses parents tendre leur carte bancaire pour régler leurs achats !

 

Capture Lucie février 2014


Partager cet article
Repost0
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 19:36

J'avoue  très humblement : j'avais envoyé la photo (de Lucie en arrêt sur un logo 'handicapé') à mon amie Arielle car je la sait très réactive et j'étais convaincue qu'elle, elle saurait écrire un très joli poème ... moi, je 'sêchais' un peu. Elle m'a envoyé CE poème que j'attendais; du coup je me suis 'sentie pousser des ailes' ... ma plume s'est mise à frétiller et j'ai, à mon tour déposé quelques lignes sous la photo ... mais elles sont, je l'avoue à nouveau, influencées par le texte d'Arielle.

Pour un dimanche soir j'ose croire que j'en suis pardonable et que mon tout petit poème n'est pas indigne de la page?

 

voici donc ma Lulu 'Handi':

 

P2240079

 

Lulu s’est arrêtée !

Figée dans son élan

Elle campe les pieds

Sur ce signe tout blanc

A terre dessiné.

 

Elle baisse les yeux

Puis elle étend les bras

Et entre dans le jeu :

Si toi tu ne peux pas

Je vais marcher pour deux !

 

L’ombre se fait discrète

Dans le dos de l’enfant

Il faut bien qu’elle respecte

D’un touchant sentiment

La gestuelle parfaite

Partager cet article
Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 13:02

Soudain Manon m’appelle :

« Mamie, ce livre là, c’est juste celui que je voulais ! Mais, quand je suis venue avec maman il n’y était pas encore, et là, il n’y en a plus qu’un.

Bon, ça pourrait aller puisque j’ai juste assez d’argent pour me le payer … Mais, le problème, c’est que je ne vais pas pouvoir acheter aussi quelque chose pour Lucie ; pourtant il le faut parce qu’ elle ne va pas comprendre que c’est moi et pas toi qui le paye et elle va être triste … Alors, je crois que je vais y renoncer pour aujourd’hui. L’ennui, c’est que c’est le dernier ; alors si je reviens, même dès demain, et ça c’est pas gagné, avec maman, il sera peut-être parti ; pourtant j’en rêvais ! Ah, si seulement j’avais pris cinq euros de plus ! Ben oui, tu vois : ce porte clé rigolo marqué Lucie, je suis sûre qu’elle aurait aimé … mais j’ai pas les moyens !

Bon, allez, j’y pense plus ! D’ailleurs y’a des pires choses que ça dans la vie. »

Manon généreuse, Manon résignée ! Son grand cœur d’or lui a donné la force de renoncer à se faire un petit plaisir pour ne pas prendre le risque de voir un gros chagrin dans les yeux de sa petite sœur !

 

Alors, cette fois, je craque !

« Manon, je te fais une proposition : tu vas donner ton billet de dix euros et je paierai la différence »

Crédible encore, moi ? Peu m’importe : les lumières croisées dans les yeux de mes petites filles et leurs bisous plaqués sur mes joues ont plus de prix que mon –illusoire- infaillibilité …

Et c’est bien dans ma petite faiblesse d’un instant que j’ai goûté avec délice la douce force de mon amour de mamie !

 

Bisou 3

Partager cet article
Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 17:48

Accueillir mes petites filles pour quelques jours de vacances est toujours une grande joie ! Quel que soit le temps, les idées pour ‘passer le temps ne manquent jamais !

 

Et, si hier nous avait réservé une vraie journée de printemps dont nous avons profité pour aller marcher, jouer, goûter au bord des lacs, dans la grande prairie de ‘Passeligne’, aujourd’hui nous promet un retour à la grisaille.

Qu’à cela ne tienne !

Après avoir fait quelques courses dans le village, repas de midi oblige, Manon propose :

« Et si on allait à la ‘Grande Récrée’ ? »

La ‘Grande Récrée’ est bien plus qu’un simple magasin de jouets pour enfants, c’est aussi un espace pré-ados … avec un rayon consacré à Violetta, l’idole de toutes les mini-jeunes filles.

« D’accord, on  peut envisager cela, mais on n’achètera rien »

Eh oui : hier elles ont déjà eu des magazines et une confiserie or j’estime qu’il n’est pas bon de trop gâter les enfants ; quelques limites dans les ‘cadeaux’ aident les enfants à ne pas associer leurs visites aux grands-parents à un systématique débordement d’achats.

« Pas de problème : je voudrais juste voir les ‘affaires de Violetta’. Pendant ce temps Lucie pourra regarder toutes les poupées. »

 

Nous voici parties !

Comme je l’avais prévu, aussitôt arrivée, Manon fonce sur le présentoir ‘Violetta’ avec un sourire que seule une grosse glace au chocolat nappée de crème chantilly pourrait soutenir.

Comme je m’en doutais, Lucie n’est pas intéressée ; après avoir tourné trois ou quatre fois autour d’une colonne de bracelets et colliers fantaisie … en tâtant le terrain :

« De toutes façon, mamie, t’as dit qu’on n’achète rien ? »

-  Et là, j’ai bien failli craquer devant ses mirettes en attente d’un peut-être que si ; mais, non : je ne serais plus crédible, je résiste –

Ma mini-minette me lance :

« T’en fait pas, mamie, je vais jouer dans les poupées, mais sans rien casser »

Je décide de lui faire confiance et me plante dans un milieu de rien d’où je peux les surveiller toutes les deux.

 

Capture Simone fevrier 2014

(à suivre)

Partager cet article
Repost0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 19:31

C’est aujourd’hui le premier jour des vacances scolaires ; Vive les Vacances ! Ah oui !!!

Oh, je sais, pour beaucoup de parents, ce n’est pas tout à fait la joie : il va falloir trouver des solutions pour faire garder les jeunes enfants, frémir de  savoir les plus grand livrés à eux même, envisager, peut-être, poser des congés pour leur consacrer un peu plus de temps …

Mais pour nous, grand parents retraités, c’est un peu de bonheur en perspective, la belle occasion de se laisser envahir par nos ‘chers petits’.

Chic ! Trois fois !!!

 

Déjà mon cœur se prépare à accueillir une apprentie midinette avec son  cortège de préoccupations capillaires et vestimentaires, avec ses questionnement pointus –très pointus- sur tout et rien de la vie, avec ses CD bien à elle et ses série télé encore plus à elle…

Déjà mon cœur attend l’arrivée d’une mini-minette, avec son sac plein de malice, de jeux à faire, de livres à dévorer, avec sa vie tourbillonnante et ses acrobaties, avec ses ‘trop bon la Nutella mais j’aime pas ta soupe’ …

Chic : Trois fois !!!

 

Je vais tout donner de moi, me faire inventive pour leur proposer mille et une activités, me faire tendre pour partager leurs confidences, me faire patiente aussi quand Manon monopolisera la salle de bain ou lorsque Lucie jonchera son lit avec ses vêtements.

« Si on faisait ceci, si on faisait cela », de bon cœur je dirai oui et, quand au soir d’une journée bien remplie elles se seront faites complices pour me demander « on peut faire encore un jeu ? », je dirai oui … Mais, au bout du bout de la soirée, je me glisserai un peu fatiguée entre les draps.

Ouf ! Trois fois !!!

 

Eh oui ! Je les aime tant, mes petites filles que je ne pourrais concevoir ma vie sans leurs envahissements réguliers, sans leurs éclats de joie et leurs sourires radieux !

Mais je suis une mamie qui parfois se fatigue de leur jeune dynamisme ; Alors, eh oui ! Au terme de leur séjour, même si mon cœur est un peu chagrin de les voir repartir, de tout mon corps de mamie plus tout à fait jeune, je laisse envoler comme un Ouf …

Un tout petit ouf … et quand même pas trois fois !

Parce que :

 

Vienne Manon, vienne Lucie,

Chic !

S’en va Manon, s’en va Lucie,

Ouf !

En écrivant ces mots je prie

Que Dieu me prête longue vie

Pour accueillir en mon logis

Mes chères ‘Chicoufs » !!!

 

M et L 5 janvier 2013

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 18:06

En cette nuit, mi veille, mi sommeil, je me suis retrouvée en banlieue de ‘La Ville’ et de tous ses appels à goûter les illusoires ivresses d’un monde noctambule qui se fuit.

Il était avec moi. Il ? Lui, bien sûr : Guislain, mon mari mort depuis dix ans. Nous devions, sans doute, ‘rentrer à la maison’ après je ne sais quelle réunion ou quel spectacle. La voiture nous attendait déjà.

Elle a surgit. Elle ? Une personne censée être mon amie, ma confidente. Nous l’avions peut être invitée à venir ‘prendre un dernier verre à la maison’.

Il et elle sont monté dans la voiture sans trop se soucier de mon existence ; dans un semblant de justification il m’a dit : « On va faire un tour en ville ; si cela ne te plait pas tu n’as qu’à rentrer ».

Ce n’était pas la première fois qu’il s’esquivait ainsi avec une compagne d’un soir en m’invitant à m’en retourner jouer à Pénélope … la mise en veille ne s’est pas produite, mon rêve a continué après un étrange retournement.

La voiture et son contenu filait vers une ville qui devenait de plus en plus flou, ténébreuses puis inexistante dans mon dos. Et, là, devant moi, Il est apparu. Il ? Mon père !

Il se tenait en haut d’une colline de printemps rayonnante de soleil ; il avait son grand et bon sourire et tenait un lourd bagage. Comme à notre habitude nous nous sommes compris en silence et je l’ai rejoint.

Pour le soulager un peu, ou pour ‘prendre un peu de lui’ - l’occasion était trop belle -  j’ai pris un petit sac … ou deux. D’un regard il m’a        montré un escalier et il m’a invitée à l’y précéder.

Je crois bien que je m’étais un peu plus encombrée qu’il n’y paraissait car je n’arrivais pas à me hisser au-delà des quelques  premières marches. Soudain, ils sont arrivés. Ils ? Un petit peuple de gens lumineux venus à mon aide !

Il y eu, tout d’abord, cette femme, complètement anonyme, quelconque et qui, pourtant m’évoquait … une main tendue un jour de désespoir. Tout absorbée par son ascension et pourtant attentive à ma peine, elle a pris le plus gros sac, m’a encouragée d’un sourire et a continué à gravir les marche … mais à petits pas pour que je puisse la suivre.

Quelqu’un, quelqu’une, il, elle, ils, elles sont passés auprès de moi ; chacun, d’un air bienveillant, prenait un peu de mon fardeau.

J’ai pu m’élancer, légère … remonter à ma hauteur !

J’ai, malgré tout, osé me retourner, juste une fois, très vite :

La femme s’était arrêtée. Elle en avait fini de sa mission auprès de moi et attendait la prochaine âme en peine à secourir.

Papa n’était pas en bas des marches, il ne m’avait pas suivie non plus. Il s’était évanoui, discret comme toujours …

Je me suis réveillée !

 

Infini

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 16:30

Une histoire vraie-vécue en décembre 2013

 

Je ne dirai pas que ma petite fille Manon est une ‘jolie brunette’ ; sa longue chevelure ondulée brille d’un beau châtain  clair ; mais  ce n’est pas ‘une blonde’, oh non !

Et pourtant …

 

A présent, Manon, du haut de ses onze ans et Lucie, sur la pointe des pieds de ses sept ans, ne vont plus chez la nounou le samedi matin ; elles  se débrouillent seules pendant que les parents sont au travail et cela se passe bien. Très bien ? Très bien si l’on oublie les inévitables petites altercations qui peuvent naître parce que :

« Tu n’étais pas obligée de faire du bruit pour me réveiller, Lucie ! »

« Je  dirai à papa que tu n’as pas voulu me prêter ton ordinateur, Manon ! »

Et autres sujet de légères discordes qui ne mettent pas leur sécurité en danger.

 

Ce samedi matin-là l’ambiance était à la complicité et les filles venaient de terminer leur petit déjeuner lorsque Lucie s’écria : « Manon, Manon, regarde : papa a oublié son téléphone ! »

Sans se déstabiliser Manon voulu rassurer sa petite sœur : « Ce n’est pas grave ! D‘abord il ne va pas y avoir de problème pour nous et puis, s’il le faut, on pourra toujours appeler maman. »

Lucie lui réplica avec un minois attristé : « Oui, bien sûr ! Mais c’est lui qui va s’inquiéter quand il voudra nous appeler tout à l’heure. »

Manon n’écoutant que son grand cœur voulu réconforter Lucie : « Ecoute ma Lulu, je sais ce qu’on va faire : on va appeler papa pour le prévenir ! »

Elle fila  dans le bureau consulter la liste des téléphones et composa  celui de son père … qui se mit à sonner joyeusement dans la maison !

Tout à sa ‘mission’ elle ne réagit pas à cette sonnerie insolite et laissa un message : « Allo papa, c’est Manon ; je voulais te dire que tu as oublié ton portable à la maison. »

Une fois, deux fois, elle recommença avant de réaliser que le portable sonnait dans la maison et que papa ne risquait pas de décrocher. Lorsqu’elle comprit enfin, elle ‘pouffa’ et se traita de ‘sacré cloche’ ; Lucie enchaîna dans un mini-délire de moquerie qui se poursuivait encore lorsqu’elles racontèrent l’incident à maman.

 Maman éclata de rire ; elle riait encore quand papa rentra … Il se mit à rire, lui aussi, et peut-être un peu plus fort que tout le monde parce que, pour une  fois, maman venait d’oublier de lui reprocher ses éternelles étourderies.


Lorsque je vins chez eux le mardi suivant, toute la famille s’amusait encore de l’anecdote que Manon me narra  en concluant :

« Sur ce coup-là, j’ai vraiment été très blonde ! »

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 14:09

Il y a bien longtemps que je n’en fais plus car, tout comme celles que je faisais à chaque rentrée scolaire et qui s’évanouissaient avant la Toussaint, ces ‘bonnes résolutions’ n’ont jamais connu les premiers soleils de février !

Si je  devais quand même en faire  pour cette année 2014, juste ‘pour de rire’, ‘pour de faux’ … parce que, bien entendu, je n’y crois  déjà plus,

 

Ce serait par exemple :

Enlever la poussière des meubles au moins une fois par semaine,

Arroser mes plantes vertes avant qu’elles me le réclament en s’affaissant,

Faire de vraies soupes au lieu d’acheter briques toutes prêtes,

Ne pas mettre la plaque de chocolat sur la table basse en soirée,

Ne pas insulter l’ordinateur quand il ne fait pas ce que je veux au moment où je l’ai décidé,

 

Ce serait encore :

Ne pas allumer une cigarette dont je n’ai même pas envie et que je vais écraser avant la fin,

Ne pas acheter plus de livres que je n’ai le temps d’en lire,

Respecter les limitations de vitesse et m’arrêter quand le feu est déjà à l’orange

 

Mais ce serait aussi :

Ne pas refermer la fenêtre quand je vois arriver ma voisine âgée et qui a tellement besoin de parler,

Téléphoner à mes sœurs, à toutes les trois, au moins une fois par mois,

 

A bien y réfléchir : oui, je vais en faire des ‘bonnes résolutions’ pour la nouvelle année !

Non, pas tout ce que je viens  d’énumérer : pourquoi me corriger de tout petits défauts sans grande importance et qui signent ce que je suis, pourquoi vouloir remédier à de mauvaises habitudes qui ne portent préjudice qu’à moi-même ?

Je vais en garder deux seulement, les deux dernières parce qu’elles m’appellent à plus de charité et d’ouverture …

Et, à travers ces deux-là, pourquoi ne déciderai-je pas de placer mon année 2014 sous ce signe :

« Aller vers les autres et les accueillir quand ils viennent à moi ! »

Plaise à Dieu que ma ‘bonne résolution’ tienne la route

jusqu’au prochain nouvel an !

 

 

Sourire

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 13:51

Madame G., la ‘patronne’ d’une grande surface de l’alimentaire locale, se fera aussi discrète et anonyme  que possible ; pourtant, c’est en grande partie grâce à elle que nous pouvons organiser ce beau ‘dernier repas de l’année’ gratuitement : elle nous propose le plat principal à un prix très réduit et fait livrer en dernière minute les huitres, crevettes, bûches et autres délices qui n’ont pas été achetés … de quoi faire saliver de bonheur notre tablée d’une  quarantaine de personnes !

 

Et il y aura nous ! Nous que l’on appelle les ‘laïcs engagés’ et qui, en temps ordinaire, nous affairons autour de notre Curé pour ‘faire tourner la paroisse’ … jusqu’à, parfois, en oublier que c’est ‘au nom de notre religion’ que nous nous activons ; et oui : à trop ‘fonctionner efficace’, le risque existe d’y perdre un peu son âme ! Mea Culpa !

Alors, ce soir de la Saint Sylvestre, pour ce ‘dernier repas de l’année’, il y aura nous qui, pour une fois, auront relevé nos manches et attaché le tablier de service pour vivre plus pleinement ce que nous confessons : nous faire, à l’image  du Christ’, serviteurs des plus ‘petits’ de ce monde … poser en vérité des actes sur nos paroles !

Et, parole d’apprentie chrétienne, des soirées comme celle-là, cela vous remet les idées et la foi en place !

 

A toutes et à tous, ami(e) qui passerez chez moi,

je souhaite une belle et bonne année 2014:

Qu'elle vous apporte le meilleur et vous épargne le pire!

 

Rose sourire

Partager cet article
Repost0

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories