Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 16:39

Dans ma paroisse, nous n’avons pas attendu les recommandations du Pape François pour « aller vers les périphéries » !

Depuis quatre ans –cette année ce sera la cinquième- nous organisons un repas le soir de la Saint Sylvestre … et ce n’est sûrement pas pour nous retrouver entre nous, ‘bons et fidèles chrétien’ ; Oh non ! (au fait, qui sommes-nous pour nous définir ainsi ?)

 

Dès la mi-décembre nous lançons les invitations.

Il y a, bien entendu, les personnes, seules ou en couples, qui participent à la vie de la paroisse et qui n’ont aucun projet pour ce soir-là ; pour elles, une messe sera célébrée auparavant, à 18 heures.

Mais il y a, surtout, celles et ceux qui sont un peu isolés, délaissés ou simplement trop pauvres pour s’offrir une fête ; Nous les connaissons… ou pas puisque nous lançons notre invitation jusque dans les boites à lettres ; ils sont croyants … ou pas, qu’importe, puisqu’ils viennent pour partager quelques heures d’amitié et de joie.

D’année en année ils reviennent, d’année en années des nouveaux arrivent, parfois avec quelques confiseries ou des fruits secs, souvent les mains vide mais le cœur plein d’espoir !

 

Moïse sera au rendez-vous ! Il redira, une fois de plus : « Je suis athée mais je me sens comme en famille avec vous » ; il aura, une fois de plus, oublié qu’un soir où le soleil inondait le clocher de la Basilique, il m’avait soufflé dans l’oreille : « Si cela continue, je vais finir par ‘y’ croire tellement c’est bon d’être ici ».

Nous serons allé chercher Marguerite et Henri, petite sœur et petit frère De Foucault ; Henri, depuis l’ailleurs où il est à présent, sourira aux anges et à son assiette pleine ; Marguerite se confondra en remerciements « Vous êtes trop bons de penser à nous » avant de me glisser furtivement une ou deux boites en plastique ‘pour les restes’.

Qui d’autre encore nous rejoindront ? Monique et sa ‘déprime’, Marie Pierre qui aime bien la kermesse mais pas du tout la messe, la belle-sœur d’Odette, les voisins de Philippe…

A quels absents penserons-nous ? Lourdès et ses enfants relogés loin d’ici, Alain sur son lit d’hôpital…

 

L'assiette du mendiant

 

(à suivre)

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 16:21

Dans ce temps de Noël, quelques propos de Lucie, ma petite fille âgée de 7 ans:

 

Lucie a envoyé sa ‘lettre au Père Noël’ par mail : c’est une enfant de son siècle. Avec un grand sérieux elle demande à son papa :

« T’es sûr que son ordinateur il est compatible avec ma lettre ? Parce que ce serait grave pour moi s’il peut pas ouvrir mon fichier! »

 

A sa grande sœur qui insiste : « est-ce que tu crois encore au Père Noël Lucie ? »

« T’es un peu lourde, Manon, bien sûr que je vais pas te dire maintenant que je crois pas au Père Noël ! »

 

Avec d’infinies précautions mon fils glisse la poche qui contient les cadeaux de Noël dans le débarras ; dans un sourire malicieux Lucie m’explique :

« Ben oui, tu comprends, il faut pas que je le ‘voye’ avant que le Père Noël ‘soye’ passé ! »

 

Mon anniversaire a lieu juste une semaine avant Noël ; en général on m’offre quelques chocolat en plus du ‘cadeau’ et Lucie de conclure :

« ça te fait juste le temps d’être malade et puis guérie avant le réveillon ! »

 

Poser un petit sapin sur un tabouret, l’idée est astucieuse … mais c’est oublier le dynamisme de Mlle Lulu : une fois, deux fois, trois fois elle a bousculé ce sapin qu’il a fallu, autant de fois, réarranger ; à la troisième fois elle me nargue :

« Eh ben ! Tu vas le refaire combien de fois ton sapin, mamie ? Moi, à ta place, j’aurais attendu que je ‘soye’ partie ! »

 

Cette année je ne vais pas passer Noël avec mes petites filles : je vais chez mon frère. Ce dimanche, juste avant le réveillon de noël, en quittant la maison Lucie me glisse dans l’oreille :

« Surtout Mamie, faut pas que tu t’inquiètes : avec les autres cadeaux j’arriverai bien à l’attendre jusqu’à jeudi ma Barbie-volante »

 

PETIT ANGE A NOEL 20 12 10

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 16:34

Est-ce que vous connaissez l’âge du Père Noël ? Il n’a plus d’âge, me direz-vous. Eh bien, vous vous trompez. Malgré les apparences, le Père Noël est encore un jeune homme ; enfin, un jeune homme… tout est relatif ! En tout cas, il est bien moins vieux qu’on ne le croit. Sa date de naissance : 1822 à New York. C’est un professeur de littérature qui, en composant un poème intitulé « La visite de saint Nicolas », transforma le vieil évêque en joyeux lutin. Un illustrateur le représenta sous les traits d’un vieillard à barbe blanche. Et le Père Noël était né.

Mais il va mettre du temps pour traverser l’Atlantique. Il ne fera son apparition en France qu’après la Première Guerre mondiale.

La suite, vous la connaissez. Le Père Noël a fait carrière dans le monde du commerce, surtout depuis qu’il s’est lancé dans la publicité.


Si le Père Noël est encore un gamin, il a en revanche un ancêtre très célèbre en la personne de saint Nicolas. La légende voulait que saint Nicolas affectionne tout particulièrement les enfants. C’est ainsi que, dans les pays flamands et dans certains villages de Lorraine, on se mit à raconter que saint Nicolas arrivait le 6 décembre dans un bateau chargé d’oranges et de jouets.

Saint Nicolas, Père Noël, la tradition leur attribue le soin d’apporter des récompenses aux enfants sages. Quelle que soit l’exploitation commerciale que l’on ait pu en faire s’il y a un aspect qui reste directement lié à cette fête, c’est bien celui du cadeau de Noël.


Pour celui qui aime, que d’attention dans la préparation d’un cadeau ! Après avoir soigneusement observé ce qui pourrait faire plaisir, il choisit avec amour ce qui va exprimer ses sentiments.

Le cadeau est un message d’amour de la part de celui qui donne … Puisse celui qui le reçoit entendre ce ‘Je t’aime’ !

 

 

Bûche de NoëlJOYEUX NOËL!!!

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 14:32

petit clin d'oeil à Martine: Ne salive pas plus qu'il ne  faut car la grande saveur de mon 'Réveillon d'enfance' n'est pas dans la gastronomie ... tu vas voir (ou plutôt lire)

 

Nous voici tous réunis rayonnants autour de la table.

Grand-mère Mazie lance une œillade complice à papa et file chercher La surprise ; sur le plateau en verre, celui des grands jours, elle apporte …et non, cela ne se mange pas … des mandarines évidées magiquement transformées en chandelles.

La lumière de l’Enfant de Noël vient d’entrer dans notre maison, sa Paix aussi je crois !

 

S’ensuit le repas ; il est modeste mais c’est un festin, gourmant de notre joie de ‘jouer au réveillon’ tous ensemble.

Des cygnes en mousse de foie voguent sur un océan de petits légumes ; nous nous en délectons après les avoir délicatement - ou maladroitement – déposés, étalés, sur des tranches de pain grillés. Papa ouvre une bouteille de vin blanc – du ‘gros plan’ nantais- et, tant pis pour les yeux réprobateurs de maman, il en verse quelques gorgées dans nos verres.

Une salade de fruits, bien sucrée –et sans bananes, grand-mère Mazie n’a pas oublié que la petite Hélène n’aime pas les bananes- nous invite à la fraîcheur avant de céder la place aux ‘bûchettes’ Noël –génoise roulée et crème au chocolat-

Quel délicieux et inoubliable réveillon !

 

Papa s’oublie de bonheur et, sous l’œil, attendri cette fois, de maman, me ressert un peu  de vin … avant de remplir le sien pour lancer dans un frémissement de voix : « à la vôtre, mes enfants ! »

Entremêlant allègrement « Il est né le Divin enfant » et « Petit papa Noël », grand-mère Mazie dévoile une émotion que seul le ‘gros plan’ ne saurait justifier :

C’est un vrai Noël,

Un Noël avec la « Messe de Minuit »,

Un Noël en chansons,

Un Noël avec un réveillon,

Un Noël en famille…

Un Noël d’Amour !

 

Bûche de Noël

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 13:14

De la "messe de minuit" à la table du réveillon:

 

Durant cette messe je me suis envolée : mon cœur s’y était tellement préparé  et tout ce que je vivais était vraiment à la hauteur de mes attentes.

Pardon ? Ah, oui, je vous l’accorde ! Pendant le  sermon du curé –il était si long et si sérieux- je me suis oubliée à rêver de notre table de réveillon ; mystique, un peu certes, mais sainte, sûrement pas !

 

En retournant à la maison j’ai tenté, deux fois, dix fois, de délier la bouche silencieuse de ma grand-mère ; ce fut peine perdue, ou presque : lorsqu’elle entrouvrit les lèvres ce fut pour entonner « Minuit chrétien ». De tentatives lasses je décidais de courir vers la maison où papa, j’en étais sûre, m’ouvrirait bien la porte ; et je me glisserai, toute petite, toute furtive, dans la cuisine à la rencontre de mes interrogations curieuses.

 

J’y suis et, oh merveille ! Là, c’est certain, forcé, obligatoire, mon Papa Michel était ‘de mèche’ avec grand-mère Mazie pour nous préparer une aussi somptueuse table !

Une nappe en papier blanc damassé, presque aussi jolie que celle – en tissus- des jours de fête, recouvre la table au formica zébré de vert et de beige ; les belles assiettes bordées de bleu font une ronde autour des verres à pied … toute la vaisselle des dimanches s’est donné rendez-vous pour nous accueillir.

 

Oui, mais, qui aura-t-il au menu de cette fête ?

Il va falloir que je patiente, encore et encore ; que j’attende que ‘les autres’ soient arrivés, que je participe au réveil et au levé des petits –eux aussi seront de cette fête- ; « Petit Jésus, c’est un grand et beau jour, mais, quand même, tu m’obliges à être patiente comme jamais je ne l’ai été ! »

 

Ange qui prie

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 14:54

Que ma ‘petite sœur’ Hélène me pardonne surplus ce d’imaginaire dans l’embellie que j’ai osé apporter à ce récit … ‘vrai de vrai’ !

 

Combien y en a-t-il eu, de ces réveillons-là ? Un ou cinq, je ne sais mais j’en garde la douce mélodie d’une belle fête en famille.

 

Mes parents ne faisaient pas une grande place à Dieu et à son Eglise ; pour Noël, malgré tout, ils se souvenaient … de quoi au juste ?

De leur baptême ? Certainement pas ! De leur première communion ? Sans doute !

De cet évènement-avènement : la naissance de Jésus Christ, Fils de Dieu ? Peut-être ?

Car, même si cela ne les élevait pas dans un élan de spiritualité, ils ne concevaient pas Noël sans la crèche ; car, même si ma mère n’était pas habitée par une grande foi, une fois, cinq fois, elle voulut aller à « La Messe de Minuit »… Et je n’ai pas à cœur, aujourd’hui, de croire que ce n’était que pour le réveillon.

 

Cette année-là –ces années-là-, pour ma grand-mère qui aimait bien le Bon Dieu, la Vierge de Lourdes et Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, ce fut un grand plaisir. Quant à moi, la mystique pas tout à fait normale de la famille, je sentis mon être intérieur bondir de joie !

Qui d’autre ma mère emmena-t-elle ? Je n’en ai plus souvenir mais je me rappelle que mon père se fit un parental devoir de  rester à la maison pour garder les plus jeunes.

 

Après un repas tout à fait normal, banal, après avoir déposé les chaussures des petits et nos chaussons –nous avions encore besoin de nos chaussures pour aller à « la Messe de Minuit » et nous ferions l’échange en rentrant-,  après donc avoir encerclé la cheminée de neuf paires de ‘chaussants’, nous avions écouté des chants traditionnels de Noël puis ma mère nous avait lu un conte … de Noël, bien sûr.

La veillée s’était égrenée dans un curieux mélange d’extase pour les plus jeunes et d’impatience pour moi qui rêvait à cette « Messe de Minuit » depuis plus d’une semaine.

Pendant ce temps, ma grand-mère s’était affairée seule dans la cuisine. Chut ! Il ne fallait pas la déranger : elle nous préparait une surprise pour le réveillon !

 

Le marchand de sommeil avait réussi à proposer sa ‘douce nuit’ à quelques mirettes qui s’étaient mise à clignoter ; avec tendresse j’avais aidé ma mère à les blottir tendrement sous leurs édredons …

Et je me mis à contempler le trottinement des aiguilles au carillon du salon. Soudain, une idée me traversa l’esprit et me fit éclater d’un rire nerveux que seule ma trop longue attente justifiait : « Pourquoi dit-on ‘tic-tac’ ? Cette pendule ne distille que de lancinants et interminables 'tac-tac-tac- …’ ! »

 

Enfin ! Enfin l’horloge me dessina ce moment tant attendu où la petite aiguille balaie le XI en narguant sa grande sœur qui s’affale sur le VI : Il était 23h30 et nous pouvions –enfin !- prendre le chemin de l’église pour « la Messe de Minuit ».

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 13:50

suite ...

et preuve que nous, les mamies, sommes toujours 'à la traîne' du 'grandissement' de nos tout-petits-plus-si-petits-que-ça!!!

 

Déjà je savais que, ce soir, nous allions en parler ; je cheminais enfin vers cette fête et j’allais questionner ma petite Lucie, lui faire raconter sa « Lettre au Père Noël » !

Le soir est arrivé ; j’ai refermé les volets sur les froidures de la nuit et nous voici rassemblées pour quelques heures de tendres confidences.

Confortablement installées autour de la table basse, nous jouons à prendre l’apéritif : un peu de porto pour moi, beaucoup de coca pour les filles et quelques gourmandises salées sont au menu de ce début de soirée … les langues peuvent se délier, les esprits se libérer : place au doux délire qui a pour nom « Noël » !

 

Manon, forcément Manon et ses empressements, monopolise la parole ; elle veut tout raconter. Telle un ‘Lucky Luke’ de la narration elle dégaine : les visites dans les magasins, les recherches sur internet, la liste à peine commencée et déjà trop longue des cadeaux rêvés, le, la, les …

Ouf ! À court de salive, elle plonge enfin dans son verre de coca et Lucie en profite pour reprendre le flambeau et m’offrir un grand vrac de tout ce qu’elle a écrit sur Sa liste. 

« Eh ben, oui, je sais que c’est beaucoup ! Faut que je réfléchisse pour garder ça que je préfère le mieux, mais c’est pas facile ! »

Manon rebondit sur les incertitudes consternées de sa petite sœur :

« Lucie, tu te rappelles ce que tu as vu à JC ? (un magasin de jouets dont on taira l’enseigne) : la ‘Barbie-volante’ ! Tu as complètement craqué quand tu l’as vue ! »

 

Petite  –petite, est-ce encore vrai ?- petite Lucie s’illumine, s’électrise,  écarquille ses mirettes dorées et me regarde :

« Oh oui, mamie ! Elle est très belle et, quand elle s’envole partout, c’est magique ! »

Joignant le geste au souvenir, elle élance ses bras dans une ronde qui évite de peu mon visage, puis, dans un éclat de sourire me lance :

« La ‘Barbie-volante’, c’est pour toi mamie ; c’est ça que tu vas m’acheter pour le Père Noël ! »

 

Un ange se glisse dans mon salon :

Petite Lucie vient de passer dans la cour des grands…

Et le lutin du Père Noël s’esquive pour une autre mission ailleurs !

 

Lutin de Noël

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 15:33

Cet automne était doux, beaucoup trop printanier souvent !

Malgré les chrysanthèmes et le passage à l’heure d’hiver, je n’arrivais pas à réaliser que novembre égrenait déjà ses courtes journées et que, bientôt, la belle histoire de Noël allait se dessiner.

Bien sûr, depuis quelques semaines Manon me déclinait à tous les temps son verbe trop-désirer le fameux ‘journal intime de Violetta’ ; mais on les connaît tellement ces grands enfants avec leurs rêves empressés !

Non, vraiment, je ne croyais pas du tout à Noël !

 

Et puis, oh surprise ! Le temps a repris ses droits et imposé à l’air ambiant de se mettre enfin au diapason du calendrier … nous y voilà !

 

Depuis quelques jours j’avais osé les bottes et l’anorak pour accueillir un début de fraîcheur matinale ; depuis quelques soirs, douillettement lovée dans ma robe de chambre, je goûtais la douce chaleur d’une bolée de soupe.

Depuis le début de la semaine je rêvais de cette veillée d’un samedi presqu’en hiver partagée avec mes petites filles au creux du canapé … et CE samedi, il faisait vraiment un froid de saison !

Mais, était-ce trop brutal, trop inattendu ? Au lieu de rêver de sapin et de crèche je me surpris à froncer le nez sur l’idée d’un pare-brise gelé ; Aie !

Vite, j’effaçais cette image –même pas peur de l’hiver en réalité !- et la remplaçais par les jolis minois de mes minettes parce que, tout à l’heure, j’irai les chercher pour ‘une soirée-une nuit’ dans ma maison.

 

Un ange passa et se fit lutin du Père Noël l’espace d’un sourire !

Eh ! Je commençais peut-être à y croire enfin ?

 

Au fil de la journée ma tête s’emplit d’un joyeux pêle-mêle d’histoires de l’Enfant Jésus et du Père Noël : les quatre bougies de l’avant et la guirlande lumineuse du sapin, l’âne, le bœuf et le petit renne au nez rouge, les cadeaux des Rois Mages à Jésus et ceux que j’allais choisir avec amour pour ma famille …

Joyeux Noël, bientôt !

 

Père noël

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 13:41

Avant cette pénible canicule dont nous rêvons l'agonie dans un bel orage ... Ô délice d'une pluie diluvienne!


Parce que, bien sûr, avec notre petite mémoire étriquée, nous avons déjà oublié qu'il n'y a pas si longtemps que cela nous admonestions le ciel et ses trombes d'eau, nous rêvions d'un tout petit soleil qui nous offrirais quelques degrés supplémentaires; nous avons oublié qu'en juin nous étions presque résignés à l'idée d'un 'été pourri'!

 

Et si, à l'issue d'une soirée torride nous évoquons avec un rien de nostalgie ce printemps automnal qui n'avait, sommes toutes, pas que des inconvénients: tu peux toujours enfiler un pull mais ôter ta peau ... ?!

notre mémoire ensommeillée par la chaleur ne se rappelle pas de cette fin d'hiver, ce tout début de printemps ... bien conforme au temps et au calendrier!

 

En feuilletant l'album photo de mes petites filles avant d'y ajouter mes dernières captures, je me suis arrêtée ... mi mars: une belle journée prometteuse de printemps qui nous avait permis de prolonger un repas de famille dans le jardin; mon fils avait même sorti le parasol; Eh Oui!!!

 

Si Manon avait quelque peu boudé la pelouse: talent d'écrivain en herbe oblige,

la petite Lucie s'en était donné à coeur sur la terrasse ...

La preuve en images:


P3240019

 

P3240022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et, Hop! jambe gauche en flexion,

Et, Hop! jambe droite en extension ...

la gym-danse, ça me connaît!!!

 

P3240016

courrir à quatre pattes après mon ombre,

c'est plutôt rigolo,

et ça me repose de mes acrobaties!!!

 

P3240007

 

 

 

 

 

 

ça y est: ma petite soeur fait son show ...

et, en plus, elle est douée!!!

Bon, moi j'ai passé l'âge,

alors je retourne à mon journal intime ...

et là, c'est moi qui suis douée!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Eh oui - trois fois- : conjuguer la vie au temps présent  ...

"Carpe Diem"

c'est une belle philopsophie ... à condition toutefois de ne pas envoyer aux archives, comme de vieux papiers, les autres temps de notre belle grammaire française ... eux qui réjouissent nos meilleurs souvenirs et nourrissent nos plus belles attentes!

 



Partager cet article
Repost0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 13:49

Dur, dur d'aligner deux idées et trois mots avec mes 'pipelettes'!

Malgré tout, en leur faisant re-re-regarder les photos prises avant hier

dans la piscine de nos amis,

sur un arrêt-image devant celle ci une étrange réminiscence à jaillit:

Qui d'entre nous n'a pas lu un jour et avec délice ce livre:

"Trois hommes dans un bateau"

 

Certes l'épopée de Manon, Lucie et Elisa tournait en circuit fermé ...

Mais, ô combien captivante était leur histoire d'eau!!!

 

38

Partager cet article
Repost0

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories