Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 13:39

Sapin 2012

 

De tout mon coeur, je vous souhaite de passer de très agréables fêtes de Noël,

en famille ou entre amis ...

et, surtout avec quelques enfants ou petits enfants aux grands yeux étoilés!


Que ces jours soient pour vous revêtus de la joie du partage;

Que vos maisons retentissent de tous les plus jolis chants ...

Osez les 'fausses notes', ce sont les plus belles parce que les plus enthousiastes,

celles qui font tomber nos orgueils,

qui nous aident à redevenir simples commes les plus petits ...

et nous rendent si heureux d'être ainsi le temps d'une belle fête!


Oubliez le monde des grands et tous ses tracas,

jouez le sublime bonheur de vivre, l'espace d'une parenthèse enchantée,

légers et sans soucis!


Et n'oubliez pas que le plus beau des cadeaux se moque des euros,

le plus beau des cadeaux ...

C'est un envol de mille et un sourires fleuris,  jaillis du coeur

et qui vient se poser entre vos mains pour dessiner

un grand JE T'AIME!!!

 

Pour vous, mes amis, visiteurs réguliers de mon humble blog,

j'ai dénoué mon bouquet de mercis

et je vous envole les plus doux pétales ...

Pour dessiner un JOYEUX NOËL à vos yeux si fidèles!!!

 

bouquet pour le fête des mères 005

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 13:35

Pouquoi différer, pourquoi vous faire attendre:

la seconde partie de cette belle méditation mérite d'être dévoilée bien vite,

bien vite avant que je ne sois rattrappée par les préparatifs de mon petit logis

pour être prête à ouvrir ma porte et mon coeur à la douce invasion de mes 'minettes' ...

qui ne me laisseront pas 'mendiant' de quelques menottes affairées

dans la décoration de mon sapin de Noël!

 

Alors: 'suite et fin' du voyage d'Hélène au pays des mendiants ... d'amour!

 

Quand elle revint, l’hiver était enfin installé, blanc, lumineux et pur. Le cœur chargé de souvenirs chaleureux, des sourires échangés là-bas, elle savourait le plaisir délicat de retrouver son « chez-soi », de ré amadouer un matou fâché d’avoir été abandonné à la garde d’une inconnue. Elle se félicitait du petit air de fête qu’elle avait improvisé avant son départ ; le retour ainsi était plus agréable. Elle était toute prête à adresser un signe de reconnaissance à son ange porte-bonheur, lorsque son regard tomba sur l’assiette de faïence … quasiment vide. Quelqu’un avait presque tout volé, et ce ne pouvait être le chat !

 

Mais non, l’assiette n’était pas vide. A côté de l’ultime papillote qui avait échappé au gaspillage, des carrés de papier pliés cachaient des fleurs, des cœurs, des sourires … et puis, quelques notes tracés au crayon, d’une écriture enfantine : merci pour les bonnes choses, j’ai bien aimé, et apprivoiser ton chat aussi, quand je suis venue avec maman. Il m’a dit que tu es très gentille. Si tu veux, quand tu seras chez toi, je pourrais revenir. Tu pourras m’apprivoiser, je serai ton amie … je te laisse des sourires et des bisous. Je m’appelle Mazie.

 

Alors la dame eut un petit rire, le plus joli qu’elle avait jamais eu. "Merci, petit ange bleu, tu as si bien veillé sur ma demeure. Mon cœur était vide, je ne savais pas que c’était moi, le mendiant de Noël ; j’étais pauvre, et j’ai beaucoup reçu ! »

 

PETIT ANGE A NOEL 20 12 10

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 13:04

Même si nous sommes séparées -géographiquement - de quelque 700 Km, Hélène et moi vivons cette 'attente' de Noël en pleine communion de pensées,

Même si, cette année, nous ne partagerons pas la même table en ce jour nous nous sentirons quand même unies dans une même 'fête'!

Alors, pourquoi ne cèderais-je pas à  cette envie qui me vient de vous livrer son 'mendiant de Noël', une petite histoire ... qui laisse à méditer bien plus qu'il n'y paraît.

 

 

Tout au bout d’un mois de décembre gris, qui n’avait même pas été capable de prendre ses habits d’hiver, se profilait un Noël … tout gris. Pour la première fois depuis très longtemps, elle serait loin de sa maison. Il n’y aurait pas de boules multicolores, pas de guirlandes scintillant à la lueur des bougies, pas de senteurs d’agrumes, pas de fumet de cuisine raffinée à partager.

Demain elle partirait ; elle se sentait seule, si petite, vide inutile.

 

Elle avait tellement besoin de réconfort ! Elle défit machinalement le ruban d’un pochon de confiseries de fêtes auquel elle n’avait pas su résister le matin même à la boulangerie. Un parfum d’amande et de caramel se développait sur ses papilles, réveillait tous ses sens, envahissait son cerveau, une troublante alchimie se produisait ; il fallait qu »elle fasse quelque chose.

 

Fébrilement, elle fouillait dans le carton descendu du haut de l’armoire. Et voilà, il était là ! Un petit ange de velours bleu aux ailes de carton blanchi, tout petit, tout démodé, l’incontournable, celui qui avait place dans son sapin depuis plus de quarante ans. Elle l’installa en haut d’une plante verte, déguisée en arbre de Noël par la magie d’une guirlande argentée et de quelques pampilles de verre coloré. Sous le regard de l’angelot, elle se sentait déjà mieux. Elle installa, devant la plante ainsi ‘sapinisée’, une assiette de faïence garnie d’un mélange de fruits secs, d’amandes et de chocolat, puis adressa à son ange une brève prière « veille sur l’assiette du pauvre, la part du mendiant de Noël ».

 

Quand il fut temps, elle tira la porte sur cet humble décors, puis passa un double des clés chez une jeune voisine, lui demandant de surveiller la maison et de venir chaque jour nourrir le chat.

 

Elle était ainsi prête pour ce séjour loin de chez elle, loin des traditions des années précédentes.

 

 

L'assiette du mendiant

 

Ce pourrait être la fin de son histoire : juste le récit empreint d'émotion des préparatifs précédent un' grand départ' vers une nouvelle aventure,

Mais ce n'était qu'un 'petit départ' ... pour mieux revenir, riche d'une précieuse découverte!

 

Ouvrez votre  coeur, imaginez la, fébrile à l'idée de 'vivre autre chose', soucieuse de laisser ici un peu de son âme,

ainsi, et seulement ainsi pour pourrez  assister à son retour ...

                                                                                                                                                        @+

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 17:19

Je reviens d'un repas - fort agréable- chez mon frère.

Le temps est gris, pluvieux, inconfortable à souhait,

malgré tout, avec ma belle soeur nous avons joué la carte de l'optimisme:

"plus que trois mois avant les premiers beaux jours!"

et mon frère a ajouté:

"plus que trois semaines avant que les jours rallongent ... c'est bon pour le moral d'y penser!"

 

Quel lien avec ma question, direz-vous?

Tout simplement parce que cette date choisie pour Noêl,

quelque soit l'approche que nous avons de le fêter,

ne correspond pas historiquement à la naissance de Jésus de Nazareth!

Alors, pourquoi Noël le 25 décembre?

Parce que c'est à cette période de l'année que les jours recommencent à allonger:

Petit à petit les ténèbres de la nuit cèdent le pas la lumière du jour,

pas à pas nous nous enhardissons à sortir un peu plus,

à aller plus volontiers les uns chez les autres en soirée,

à reprendre nos promenades de fin s'après midi,

en guettant les premiers signes de la renaissance de la nature ...

 

La lumière est, en effet, symbole de vie

alors que les ténèbres revêtent des habits de mort!

 

La venue parmi les hommes de Jésus, le Christ,

est pour nous, chrétiens,

Le Signe de l'accomplissement de La Promesse de Vie,

la venue de la Lumière dans la vie des hommes plongés dans la nuit de leurs 'péchés'.

C'est pourquoi,

en toute ignorance de la date précise de cette Naissance,

tant promise et attendue,

ce solstice d'hiver, ce retour vers des jours plus longs, plus clairs,

a été symboliquement choisi pour fêter dans la joie

cette démarche sublime de Dieu qui s'est fait Homme pour mieux renconter les hommes

et leur montrer le chemin lumineux de la Vie!

 

Croix sur la mer

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 14:33

Bien entendu, l'hisoire n'était pas finie;

Ma joie de parer mon sapin de mille et une merveilles pour les grands yeux de Manon n'était pas la seule chose que je voulais vous raconter, car ...

Vous savez bien, toutes et tous, à quel point notre coeur se dilate pour nos 'chers petits'!

Mais, ils ont souvent bien des leçons de  vie à nous donner,

en voici une qui nous a émus ... et fait réfléchir:

 


 

Ce soir ma petite poupée est venue dîner à la maison avec ses parents. Sa maman lui avait dit : « On va chez mamie pour voir son joli sapin »

On va chez mamie, Manon connaît bien la maison de mamie ; elle adore y retrouver son petit univers d’enfant gâtée, sa chambre rien que pour elle avec presque trop de jouets, de livres et de crayons. Et puis, Manon aime tellement les pizzas de mamie !

Manon est enthousiaste, elle n’entend pas la fin de la phrase de sa maman, elle n’entend pas qu’il va falloir dire à mamie qu’il est beau son sapin.

 

Lorsque Manon arrive en clamant, comme à son habitude, son « mamie ! Bisous, bisous ! » ; Mamie oublie le sapin tellement elle est heureuse de serrer sa chère petite ; comme d’habitude, mamie aide Manon à enlever son manteau et à aller le mettre sur la chaise, dans sa chambre rien que pour elle. Comme à son habitude Manon prend la petite boite dans laquelle mamie n’a pas oublié de mettre trois gâteaux apéritif …

 

Soudain, maman rompt le charme : « Manon, viens voir le joli sapin de mamie ! Regarde toutes ces lumières et les personnages rigolos accrochés dans le sapin ! ». Obéissante, Manon rejoint sa maman dans la salle à manger ; elle se plante devant le sapin et déclare peu convaincue : « Faut voir ! » puis, telle un elfe agile, Manon file dans sa chambre en clamant : « jouer bébé dans ma dodo ! »

 

A deux ans et quelques mois Manon ne sait rien encore des fantaisies des grandes personnes pour fêter Noël. Par contre elle connaît, oh combien, son petit univers habituel, là, dans sa chambre rien que pour elle chez sa mamie !

 

Bien plus tard dans la soirée, lorsqu’il fut l’heure de se séparer, je pris comme d’habitude Manon dans mes bras pour l’amener jusqu’à voiture, derniers moments de tendresse avant le « Avar’ mamie, à plus tard ! »

Et là, sur ma terrasse, peut-être était-ce un lampadaire mais je préfère croire à un croissant de lune, une pâle lumière éclairait mon sapin de toutes les saisons dont la cime s’élançait fièrement vers les étoiles…

Le doigt pointé, dans un sourire radieux, l’enfant s’écria :

« Sapin mamie joli, oh oui ! »

 

Nuages

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 15:07

 

Décembre arrive, Noël approche!

déjà on commence à penser: cadeaux, repas, crêche ... sapin aussi

et, cette année, c'est ma 'grande' Manon qui va diriger les opérations

pour la décoration de mon sapin ...

Voici que je repense à ce Noël où elle n'avait que 2 ans

et un regard bien à elle sur les sapins;

j'avais écrit 'sa' petite histoire:

 

 

Je n’habite pas à la montagne et, cependant, au bord de ma terrasse, un magnifique sapin s’élance dans le ciel. Toute l’année il me fait rêver. Je le vêt des étoiles que j’aime admirer lorsque la nuit tombe ; je le pare d’imaginaire en regardant ses pommes généreuses ; je l’écoute chanter les trilles des oiseaux … et mes pensées s’envolent sur ses branches en corbeille.

Qu’il est beau mon sapin de toutes les saisons !

 

A l’approche de Noël j’aurai voulu le décorer mais, plus modestement, j’ai acheté une branche, l’ai planté dans un pot et installée dans ma maison. Le cœur en joie, la fièvre au corps, comme toutes les mamies, je vais le  couvrir de mille et une richesses pour les grands yeux de ma petite fille.

 

Il faut tout d’abord choisir l’endroit, forcément à proximité d’une prise de courant pour faire scintiller ses lumières, forcément quelque part où il trônera, majestueux ; les sapins de Noël ont toujours ce besoin de s’imposer un peu.

Dans la salle à manger, c’est là qu’il sera le plus admiré puisque ces fêtes de Noël rassemblent souvent autour de la table. ? Ici, dans ce coin, noblement perché sur une chaise, il sera magnifique. Quelques papiers cadeau en dominante verte froissés sur une planche et voici sa prairie sur laquelle je ne peux résister à l’envie d’y déposer mon lutin, une figurine en polystyrène que je m’étais amusée à peindre l’an passé.

 

Il m’a bien fallu tout cet après-midi, morne de bruine au dehors, lumineux de tout mon enthousiasme en dedans, pour parer dignement mon sapin de guirlandes, de boules et de tant d’autres choses encore.

Qu’il est beau mon sapin de Noël !

Et je me mets à chanter à tue-tête : « mon beau sapin … » ; dans mon exaltation de mamie redevenue petite fille, je ne lésine pas : en français, en anglais, en allemand,

« Mon beau sapin

Cold winter time

Wie true sind deine blätter”

           J’ai rêvé …

 

 

Que s'est-il passé, à votre avis, quand ma jolie poupée est venue découvrir mon beau sapin?

Eh bien, vous ne le saurez pas aujourd'hui ... revenez donc si la curiosité vous chatouille!

 

Capture sapin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 14:55

Il n'est pas encore trop tard pour raconter des histoires de 'rentrée des classes'!

Voici donc ma petite histoire ... un peu déçue d'une rentrée qui n'avait peut-être (?) d'importance que pour moi!!!

 

LA RENTREE

(2012)

 

Mardi 4 septembre, c’est la rentrée … Aie !!!

Je n’ai même pas eu le temps de voir passer l’été et, encore toute moite de ces fortes chaleurs qui perdurent, honnêtement, je n’y pensais pas vraiment à cette ‘rentrée des classes’.

Oh, mamie, quelle ingrate es-tu !

Oublier ainsi ce qui, depuis quelques jours déjà, était le centre des préoccupations de tes petites filles ! Négliger de préparer ton cœur au grand évènement qu’est le passage de ta petite Lucie dans ‘la cour des grands’, au CP !

Décidément, parfois tu es en dessous de tout !

 

Du coup,  je m’étais sentie un peu honteuse lorsque, quelques jours plus tôt, le téléphone m’avait rappelée à l’ordre :

« Allo mamie, c’est Manon ! Alors, voilà : puisque, bien sûr, tu n’as pas oublié que mardi on fait la rentrée (et toc !), je te propose de venir dîner à la maison pour qu’on te raconte tout ; ça te fait plaisir ? »

Oui, cela me fait un très grand plaisir, ma belle … mais je n’ai pas le cœur à t’avouer mon impardonnable oubli ; tu serais trop triste !

 

A présent, finie la léthargie : l’appel de Manon a su rallumer mes plus belles émotions et j’ai passé les deux jours suivants à ne penser – ou presque – qu’à mes petites filles ; j’avais hâte d’être à ce mardi soir pour tout savoir de leur premier jour d’école.

A qui voulait l’entendre, je n’arrêtais pas de dire : « Vous vous rendez compte, ma toute petite Lucie entre au CP ! » Ou encore : « Ma grande Manon est adorable, pensez, elle m’a invitée mardi soir pour me raconter sa première journée de classe ! ».

 

Et pourtant, Le soir venu, l’épisode ‘rentrée scolaire’ fut, en réalité, très vite relaté car, déjà, mes petites Minettes étaient en train de passer à l’étape suivante …

Encore Aïe ! Attendez, je croyais que c’était une autre histoire !

 

J’ai quand même eu droit à un résumé :

 

Oui ! Cela s’est très bien passé pour Lucie !

« J’ai plein de crayons dans ma belle trousse et aussi une ardoise et un cahier ‘où que j’ai fait’ un dessin ; regarde mamie !

Et puis ‘ça qu’est le mieux’, c’est que mes trois copines sont dans ma classe avec Barbara à côté de moi ; Et puis encore que la cantine c’est pas trop facile avec le plateau mais ‘j’y ai’ arrivé ! »

Petite Lucie, tu me semble ‘démarrer’ d’un bon pied et j’en suis ravie ; profite de demain, puisque c’est mercredi pour ‘démêler’ toutes tes belles découvertes.

 

Non ! Cela ne s’est pas très bien passé pour Manon !

« D’abord, Margot ma meilleure amie est dans l’autre classe ; forcément, les maîtresses l’ont fait exprès pour qu’on ne ‘jacasse’ plus pendant la classe ! Et puis je ne voulais pas être avec cette maîtresse ! Alors, à midi, je n’ai mangé que le melon et le yaourt, du coup j’ai failli ‘tomber dans les pommes’ à la récrée et je me suis mise à pleurer comme une ‘gosse’ !

Mais, bon, il faut bien que je m’y fasse ; je vais quand même pas rater mon année dès le départ ! »

Bonne résolution, ma grande ; Tu as toute la journée de demain, puisque c’est mercredi, pour ‘digérer’ tes déconvenues.

 

Moi qui m’étais préparée à mille et une confidences, moi qui n’étais venue que pour écouter mes petites filles me raconter ce que je croyais être, pour elles, la journée la plus importante de cette fin d’été … je me suis sentie un peu triste ; j’ai eu, un instant, ce sentiment d’être privée d’une étape exceptionnelle dans l’histoire de leur vie !

 

Parce que, déjà, l’épisode ‘rentrée’ se banalisait ; de toutes nouvelles préoccupations germaient dans l’esprit de tous : Des anniversaires en série, des idées de cadeau à choisir avec soin, un bon repas à prévoir … des rires et des bougies par millier en perspective venaient de ranger ‘la rentrée’ bien à sa place tout au fond des cartables négligemment posé dans un recoin de l’entrée.

 

 

ECOLE

Alors, ne reste pas ‘à la traîne’ mamie, envole toi vers cette autre histoire où déjà l’on t’attend !

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 11:31

suite et fin

 

Nous venions de terminer le fromage lorsque Lucie surgit tel un bolide : « ça y’est, vous avez fini, alors on peut l’avoir le dessert maintenant ? » Stop !

 

Ce n’était pas la première fois qu’elles nous gratifiaient d’une soirée aussi agitée, ce n’allait sans doute pas être la dernière mais j’estimais qu’il était de mon devoir de mamie de ‘marquer le coup’.

Je les ai priées de se remettre à leurs places, j’ai posé le dessert au milieu de la table et leur ai dit : « Vous ne serez pas privées mais vous allez d’abord m’écouter ! »

Et je leur ai parlé, très calmement, un peu longuement. Je leur ai dit qu’elles m’avaient fait de la peine ; je leur ai expliqué que, lorsque j’invite toute la famille, c’est aussi pour avoir le plaisir de discuter avec leurs parents ; je leur ai fait remarquer que, lorsqu’elles venaient seules pour une journée entière, je me consacrais entièrement à elles … bref ! Un ‘sermon’ d’un bon quart d’heure.

 

J’avais malgré tout l’intention de leur donner leur dessert ensuite car j’estime qu’elle est dépassée l’époque où l’on ‘privait pour punir’ ; une bonne explication à la portée des enfants est de loin préférable car, en mettant des mots sur leurs ‘bêtises’, nous les aidons à en comprendre la portée et nous pouvons espérer faire naître en eux le désir d’essayer de ne plus recommencer.

Elles m’ont écoutée sans broncher et, avant de prendre ce dessert tant attendu …

Lucie m’a dit : « Pardon, mamie, que j’ai été trop pas supportable ! »

Manon m’a dit : « je m’excuse, ma petite mamie, de t’avoir pourri la soirée ! »

Et, en savourant leur dessert, elles ont déclaré « On a beaucoup de chance parce que c’est vraiment trop bon et qu’on le méritait même pas ! »

 

Plus tard, en quittant la maison, ma petite Lucie me combla d’un double bisou et me dit : « Je t’aime quand même, mamie ! » et ma grande Manon m’enlaça tendrement pour me chuchoter à l’oreille : « Je t’aime comme ça, mamie ! »

 

La petite fille et l'oiseau

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 16:47

Ce mercredi (12 juillet 2012), mon fils et sa ‘petite famille’ sont venus dîner à la maison. Je me faisais une joie de cette soirée à passer ensemble, mais … Et oui ! Il y a des jours de houle !

 

Manon a très vite lancé le ton : vautrée dans le fauteuil le plus confortable, elle émergea de son livre pour interpeler son père avec un rien d’arrogance : « Il serait temps que tu nous les achètes, les rollers, depuis le temps que mamie t’a donné le chèque ! » Aïe !

Du coup, Lucie renchérit : « Ben oui, quand même ; t’avais dit aux vacances et ça y est les vacances ! » Re-Aïe !

Mon fils ne voulut pas laisser passer une telle attitude et, après les avoir rappelées à un peu plus de correction, il les pria de se taire jusqu’à la fin de l’apéritif.

Lorsque nous nous sommes dirigés vers la table, toutes les deux à l’unisson ont dit : « Pardon papa, on t’aime et on le dira plus comme ça ».

 

Mais … Et oui ! Décidément il y a vraiment des jours de houle !

Manon déclara : « Je ne veux pas de carottes râpées ; on en mange trop souvent et j’en ai marre ; d’ailleurs je n’ai même pas faim, j’aimerai mieux ‘aller sur l’ordi’ !»

Lucie lui fit écho : « Moi non plus j’ai pas faim et je veux jouer ! »

Ce fut au tour de ma belle-fille d’intervenir : « Vous ne sortirez pas de table avant le fromage et, si vous ne voulez pas manger, essayez au moins d’être sages parce que vous nous gâchez la soirée ! »

Les demoiselles auraient peut-être dû baisser le nez sur leurs assiettes ? Et non ! Contre toute attente elles éclatèrent de rire … et se retrouvèrent ‘au coin’.

Lorsque ma belle-fille leva la punition Manon balbutia : « Ce n’est pas qu’on veut vous embêter, c’est juste qu’on est énervées et je ne sais pas pourquoi mais il y a des fois où c’est plus fort que nous. Pour te faire plaisir, maman, on veut bien manger du chou-fleur au gruyère ». Ouf !

 

Un répit de courte durée car, une fois leurs assiettes vidées, elles repartirent de plus belle dans leur fou-rire émaillé de petits mots tous aussi stupides les uns que les autres.

Nous avions envie de ‘souffler’, de profiter du repas et d’arriver enfin à échanger quelques phrases ; de ‘guerre lasse’ nous décidâmes de les envoyer un moment dans la pièce voisine.

 

Mais? Mais, allez vous dire: où est 'le sermon'  dans cette histoire? Patience!

Patience car cette histoire n'est pas finie: vous pouvez aisément imaginer que les jeunes diablotines ne sont pas restées dans la pièce voisine, alors ...

La suite reste à venir et 'le sermon' à découvrir! rendez-vous dans quelques jours.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 14:25

Eh oui! je n'allais quand même pas laisser passer ce jour!

En 'fouinant' sur la toile du net, j'ai trouvé cet article et je vous le propose:

 

Fête des mères Les origines :


La Fête des Mères, telle que nous la célébrons aujourd'hui, est relativement récente. C'est une loi de 1950 qui dispose en effet que « la République française rend officiellement hommage chaque année aux mères françaises au cours d'une journée consacrée à la célébration de la Fête des Mères » . Un concept né du Maréchal Pétain qui, neuf ans plus tôt, instituait une « Journée nationale des mères ». Depuis, le dernier dimanche de mai (ou premier dimanche de juin) est l'occasion de couvrir les mamans de cadeaux, et plus particulièrement de fleurs

 

bouquet pour le fête des mères 003

(une composition que j'avais aidé Manon à réaliser il y a quelques années parcequ'elle avait trouvé cette corbeille "trop jolie et bien plus mieux que rien qu'un bouquet pour que je dise à ma maman que je l'aime " lorsque nous étions allée chez la fleuriste ... Quand Manon vient à la maison, il y a toujours - et maintenant encore - cette visite chez la fleuriste et  quelques fleurs pour sa maman!)

 

Fête des mères et fleurs :
Au cours du siècle dernier, des journées similaires ont été créées à travers le monde, la majeure partie d'entre elles ayant pour point commun de se dérouler au printemps. A cette période de l'année, la nature, que l'on associe aisément à la maternité, est en effet particulièrement resplendissante et généreuse. C'est pourquoi les fleurs sont associées à cette fête et que, le temps d'un week-end, les mamans se voient offrir des bouquets, des plantes ou des compositions florales

Cette tradition qui lie les fleurs à la maternité remonte à l'Antiquité. Les Grecs et les Romains organisaient déjà des cérémonies printanières et fleuries en l'honneur des mères de leurs divinités, Rhéa et Cybèle. Si des légendes prétendent que certaines fleurs, comme la rose ou l'œillet, sont plus particulièrement associées à l'amour maternel, chacun choisira en réalité une plante ou une fleur que sa maman affectionne ; la diversité et la qualité des bouquets « fête des mères » permettant aujourd'hui de varier les présents et les plaisirs.
 

Partager cet article
Repost0

Bienvenue Chez Simone

  • : Le blog de chezsimone
  • : Merci à toi, passant qui a poussé la porte de mon humble domaine, tu es ici chez toi!C'est ta curiosité qui nourrira mes énergies, ce sont tes commentaires qui me feront grandir. Je n'ai à mon menu que mon cœur et mon âme; par un semblant de don ma plume te les fera goûter. Si mon petit 'chez moi' réussit à te plaire, passant soit mon ami dans la ronde des mots !
  • Contact

Recherche

Catégories